LA COULEUR DES DOCUMENTAIRES – Liste

Chaque film a-t-il sa couleur ?

Voici une liste de films qui ont une couleur, qui sont inséparables d’une couleur, qu’on ne peut pas ne pas associer avec une couleur.

Qu’elle intervienne dans le titre ou non. Qu’elle apparaisse dès l’affiche ou non.

Elle peut être présente dans tous les plans, ou seulement dans certaines séquences. Ou même uniquement dans la mémoire du spectateur. Ou dans son ressenti. Un film peut-il être bleu pour l’un et vert pour l’autre ?

Et même les films dit « en noir et blanc » ont une couleur.

Rouge

Comme Sang : Dans ma tête un rond-point de Hassen Ferhani

Comme Colère : Je vois rouge de  Bojina Panayotova

Comme Révolution : Le fond de l’air est rouge de Chris Marker

Comme Tomate : Quand les tomates rencontrent Wagner de Mariana Economou

Bleu

Comme Ciel : E-Clip-se. Chris Marker

Comme Mer : L’île. Julia Laurenceau

Comme Nuit : Il passaggio della linea de Pietro Marcello

Jaune

Comme Gilet : Un peuple d’Emmanuel Gras

Comme Soleil : J’veux du soleil de François Ruffin et Gilles Perret

Comme Désert : 143, rue du désert de Hassen Ferhani

Comme Miel : Honeyland de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov

Vert

Comme Ecologie : Les Moissons du futur de Marie-Monique Robin

Comme Nature : La ferme à Gégé de Florent Verdet

Comme Prairie : Bovine ou la vraie vie des vaches d’Emmanuel Gras

Comme Forêt : Le Temps des forêts, François-Xavier Drouet

Comme Amitié : Green boys d’Ariane Doublet

Comme Espoir : L’Assemblée de Mariana Otero

Noir

Comme Continent : Afrique, comment ça va avec la douleur ? de Raymond Depardon.

Comme Africain : Moi un noir de Jean Rouch

Comme Deuil : Parler avec les morts de Taina Tervonen

Comme Mineurs : La vie devant nous de Frédéric Laffont

Comme Charbon : L’Argent du charbon de Wang Bing

Comme Nuit : Notturno, Gianfranco Rosi

Comme Pouvoir : What You Gonna Do When The World’s On Fire ? Roberto Minervini

Comme Panthers : Black Panthers d’Agnès Varda

Blanc

Comme Neige : La panthère des neiges de Marie Amiguet et Vincent Munier

Comme Montagne : La cordillère des songes de Patricio Guzman

Comme Froid : La Lumière du Nord de Sergueï Loznitsa

Comme Fumées : Come il bianco. Alessandra Celesia

Comme Marbre : Mille fois recommencer de Daniela de Felice

Orange

Comme Pays-Bas : Amsterdam, global village de Johan Van Der Keuken

Comme Fruit : Jaffa la mécanique de l’orange de Eyal Sivan

Gris

Comme Caméra thermique : Il n’y aura plus de nuit d’Éléonore Weber

Comme Guerre : Le rouge et le gris. Ernst Jünger dans la grande guerre de François Lagarde

Rose

Comme Fille : Ma couleur préférée de Jean-Paul Fargier

Par jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

1 commentaire

  1. Merci Jean-Pierre pour cette correspondance entre couleur et oeuvre cinématographique. A titre personnel, cela me parle tellement… Une bonne journée commence. Amicalement.

    J’aime

Répondre à Danielle Colombel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :