LIEUX UNIQUES FERMES – liste

Photo d'époque noir et blanc de l'immeuble

Des films qui se passent dans un seul lieu, dans un huis clos, un enfermement. Des films à l’opposé en tout cas des road movies et autres voyages en train ou même à pied. Dans les villes – ou peut-être les villages aussi – ce sont des films qui se déroulent dans un même immeuble, une seule maison, une seule pièce. Dans certains, peut-on éviter de ressentir un peu de claustrophobie ?

A Paris, un immeuble, dont l’adresse donne son titre au film : Les Enfants du 209, rue Saint-Maur, Paris Xe de Ruth Zylberman

A Paris, un bistro dans le 11° arrondissement, dans Amour rue de Lappe de Denis Gheerbrant

A Paris, une salle d’audience d’un tribunal, dans 10° chambre, instants d’audience de Raymond Depardon.

A Paris, une résidence pour personnes âgées dans Les belles dames de Marion Lippmann et Sébastien Daguerressar

A Paris 16°, Place Victor Hugo, un kiosque à journaux dans Le Kiosque de Alexandra Pianelli

A Paris, un appartement de deux pièces transformé en atelier de couture dans Jour après jour de Bai Long

A Paris, Le musée du Palais de Tokyo dans Pour votre confort et votre sécurité. Frédéric Mainçon.

A Bruxelles, un salon de coiffure dans Chez Jolie Coiffure de Rosine Mbakam.

A Shanghai, une salle d’hôpital dans H6, l’hôpital des pauvres de Ye Ye

A Lisbonne une chambre dans le quartier cap-verdien de Fontainhas, Dans la Chambre de Wanda de Pedro Costa.

A Tel Aviv, une chambre dans Là-bas de Chantal Akerman

En Isère, un sanatorium dans Les fantômes du sanatorium de Frédéric Goldbronn,

En région parisienne, une salle de cours de lycée dans Option éducation sexuelle. Marie-Pierre Jaury

A Gao au Mali, un refuge aux portes du Sahara dans Le dernier refuge de Ousmane Zoromé Samassékou

En Iran, un centre de réhabilitation pour jeunes femmes meurtrières dans Sunless shadows de Mehrdad Oskouei

A Caen, une université occupée dans (g)rêve général(e) de Matthieu Chatellier et Daniela De Felice

En Provence, un garage automobile dans un petit village, Garage, des moteurs et des hommes de Claire Simon.

A Rennes, une usine de construction automobile et le travail à la chaine dans Humain trop Humain de Louis Malle

Par jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :