A COMME ABÉCÉDAIRE – Vincent Dieutre

Des mots clés pour rendre compte de son œuvre, la résumer un peu, la caractériser peut-être, la faire connaître en tout cas et surtout la faire aimer.

Des entrées qui ouvrent des voyages dans ses films, qui peuvent nous guider, qui nous suggèrent des itinéraires, qui nous donnent des rendez-vous pour des rencontres souvent étonnantes, mais toujours stimulantes.

Des souvenirs de séquences, d’images, de voix, de musique. A travers mon filtre personnel.

Admiration

         Des exercices pour rendre hommage à des cinéastes admirés, reconnaître une dette, faire un bout de chemin ensemble. Une petite sœur (Naomie Kawase) et frère Alain (Cavalier), une scène culte d’un film culte (La Maman et la putain d’Eustache), Jean Cocteau et Roberto Rossellini.

Allemagne

L’autre pays, après l’Italie, celui des voyages aussi nombreux, ou presque. Le pays des musées, de la musique romantique. Le pays des brumes, du froid, de l’hiver. Le pays du nord, si loin du sud. Mais le pays de la littérature et de la poésie. Et surtout de la musique.

Amants

Il y a les amants d’une rencontre, une rencontre brève, que l’on fait dans un lieu où l’on va pour faire des rencontres, des rencontres sans lendemain donc, parfois décevantes, mais qui peuvent aussi se révéler exaltante. Il y a aussi des rencontres dues au hasard, le hasard de la vie, la vie tout simplement.

Et puis il y a les amants qui ne sont pas qu’une simple aventure, des amants avec qui on s’installe, dans la vie, dans un appartement, avec qui se mettent en place des habitudes, presque des routines. Des amants pour lesquels le terme amour a du sens. Simon, bien sûr.

Amour

         Indispensable à la vie, le sentiment amoureux lui donne tout son sens. L’exaltation de la rencontre, les affres de la séparation et l’intensité de chaque instant vécu avec l’être aimé. L’amour n’est jamais désincarné.

Attentat.

           A la gare de Bologne le 2 août 1980, 85 morts.

Autobiographie

         Parler de soi, encore et toujours, raconter des épisodes de sa vie, être présent à l’image quelque fois et dans la bande son, en off, toujours.

berlin based 10.jpg

Berlin

         Mais pourquoi donc aller vivre à Berlin quand on est Français ?

Didi-Huberman

         Pour l’évocation de la Survivance des Lucioles.

Drogue

       Un shoot qui aurait pu finir mal, très mal…mais qui finit quand même bien.

Érudition.

         La connaissance de la peinture. Celle du Caravage en particulier. La philosophie. De Pascal à Didi-Huberman.

Homosexualité

         Des corps d’hommes, souvent barbus, nus, enlacés, se caressant, dans des images faiblement éclairées. Des rencontres furtives. Des liaisons suivies. La drague. La tendresse aussi.

Immigrés

         Un campement sous un pont de Paris, vu depuis la fenêtre de l’appartement tout proche. L’évocation de la vie du monde.

Italie

         L’émerveillement des premiers voyages, des premiers amours. Puis le passage du temps. Trop de changements. Le pays aimé devient haï.

fragments sur la grâce 9

Jansénisme

         Une aventure religieuse et philosophique qui finit mal.

Musique

         Pour voyager dans le temps. Du XVII° sicle de Couperin au romantisme allemand.

Palerme

         Pour y rencontrer des marionnettes.

Paris

      Un quartier surtout, qui sonne comme une annonce, Bonne Nouvelle.

fragments sur la grâce 7

Peinture

Des musées. Des tableaux filmés en gros plans. Des corps nus d’hommes. Caravage.

Rome.

         La ville du premier film. Une ville comme nous ne l’avons jamais vue. Une ville sale, délabrée, aux murs de vieilles maisons décrépis. Une ville nocturne, sombre, pluvieuse. Une ville filmée en longs plans fixes et presque sans mouvement. Des images sans aucune beauté, sans aucune recherche esthétisante

Schubert

         Un voyage en hiver. Du piano. Des sonates, celle en la majeur en particulier.

Ténèbres.

         Les trois leçons de Couperin. « Aux XVIIe  et XVIIIe siècles, les musiciens composèrent des “leçons de ténèbres” d’après le texte des lamentations de Jérémie. Ces leçons étaient chantées les Mercredi, Jeudi et Vendredi saints. Durant ces “ offices des Ténèbres”, on éteignait un à un les cierges d’un chandelier jusqu’à l’obscurité ultime de l’ignorance du monde. »

Villes

         En Allemagne et en Italie, de Rome à Berlin. Mais aussi Buenos Aires. Et bien sûr Paris. Des plans fixes de carrefours ou des travelings le long des rues, longs, lents. Des images le plus souvent nocturnes. Des ruelles étroites, peu éclairées. Et souvent, la pluie.

Voix off

         De film en film, le récit d’une vie intérieure riche en sentiments.

Voyages

        Partir, pour des raisons professionnelles ou sans raison. Quitter un lieu. L’incertitude du retour. Mais la découverte de la route. Et un travail de mémoire aussi.

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s