C COMME CAMP DE CONCENTRATION

No Pasáran, album souvenir de Henri-François Imbert.

Dès 1936, Il existe en France des camps de concentration dans le Roussillon, destinés à « accueillir » les réfugiés catalans fuyant depuis Barcelone les troupes franquistes. Ces camps d’ailleurs, dans la presse de l’époque, sont appelés alternativement camps de concentration ou camps de réfugiés. Le film de Henri-François Imbert, No Pasáran, album souvenir,  vise à retrouver la trace de leur existence, dans la mesure où il sont pratiquement oubliés dans la mémoire collective française en dehors de la région où ils ont existé.  Ce travail de mémoire n’en reste pas moins une étape importante dans l’évocation de ce qui fut, avec les camps nazis, une des plus grandes hontes du XX° siècle.

Comme les films précédents d’Imbert, No Pasarán a un point de départ impliquant personnellement son auteur. Cette fois, il s’agit de retrouver les cartes postales manquantes dans une série éditée à propos des réfugiés républicains catalans suite à leur défaite en 1936 à Barcelone. Imbert retrouve en effet dans la collection de sa grand-mère quelques-unes de ces cartes, non envoyées d’ailleurs, ce qui souligne leur dimension de trace historique. Il forme alors le projet de retrouver toutes les cartes de cette série (elles sont numérotées), non pour essayer d’identifier les personnes qui y sont photographiées, mais plutôt de retrouver les lieux où ces photos ont été prises, les routes parcourues par les colonnes de réfugiés, les gares d’arrivée de leurs trains, et surtout les camps où ils ont été enfermés.

Cette dimension très personnalisée du film (ce qui constitue sa touche originale), n’enlève rien, bien au contraire, à sa force de dénonciation. Il est à ajouter à la filmographie concernant l’univers concentrationnaire, aux côté du plus célèbre Nuit et Brouillard d’Alain Resnais –  la présentation détaillée de l’univers concentrationnaire, depuis les rafles, les convois, l’installation des déportés dans les camps, leur vie quotidienne avec la misère, la maladie et le mort jusqu’à l’arrivée des armées libératrices et le retour des survivants –  et du plus récent Qu’ils reposent en révolte de Sylvain George concernant cette fois les migrants « concentrés » en 2003 dans le camp de Sangatte ou vivant dans « la jungle » de Calais.

A quoi on pourrait ajouter, le film de Fernand Melgar, La Forteresse. Ce lieu, officiellement, n’est pas un camp de concentration, mais il y ressemble quand même un peu. C’est un centre où des réfugiés, des « requérants » d’asile,  attendent d’être fixés sur leur sort. En Suisse, mais ce pourrait être dans toute l’Europe. Pourront-ils rester sur cette terre d’asile ? Où devront-ils, de force parfois, regagner leur pays pour y affronter à nouveau la guerre, les menaces, voire l’emprisonnement et les torture ? La Forteresse  n’est pas une prison, et ses occupants ne sont pas des condamnés. Mais il y a des portes que des surveillants ferment à clé. Le matin, les mêmes surveillants passent dans les chambres réveiller les occupants dès six heures et le soir, s’ils rentrent en retard sur l’horaire, tout ne se passe pas au mieux pour eux. Ils viennent quasiment du monde entier, de Chine ou d’Amérique latine, de Russie ou du Kosovo et d’Irak. Ils ont fui leur pays, souvent la guerre, les tortures, les menaces, les risques de mort. Ils n’auront pas tous la chance d’être acceptés en Suisse.

La forteresse est un lieu dont on ne s’évade pas. La majorité des demandeurs d’asile qui séjournent dans ce « centre d’enregistrement et de procédure » de Vallorbe devront quitter le territoire suisse sous 48 heures. Les procédures d’obtention de l’asile sont longues et complexes, visiblement de plus en plus sévères. Le film montre les difficultés qu’elles représentent pour ceux qui sont chargés de les appliquer. Nous assistons aux « auditions » où le requérant doit expliquer le plus précisément qu’il peut, avec l’aide d’un interprète, les raisons qui l’ont conduit à quitter son pays. Tout ce qu’il dit est consigné sur ordinateur sans que l’on sache très bien à quoi serviront toutes ces notes, dans la mesure où celui qui questionne semble être seul à prendre la décision finale. La rigueur administrative revendiquée par les autorités évite-t-elle l’aléatoire voire l’arbitraire ?

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s