B COMME BRAGUINO

Braguino, un film de Clément Cogitore, 2017, 58 minutes.

Il faut être un artiste aussi fou, ou aussi créatif, pour aller filmer en Sibérie russe, une région reculée, particulièrement difficile d’accès, où il n’y a rien, ou pas grand-chose, en dehors de la taïga. Et d’ailleurs, que filmer là ?

La taïga bien sûr. L’immense forêt, avec ses arbres qui se perdent dans le ciel. Et ses oiseaux. Et ses ours. Mais est-ce suffisant pour faire un film ?

Mais de toute évidence ce qui intéresse bien plus le cinéaste, bien plus que la taïga, ce sont les humains. Les humains ou peut-être surtout les enfants.

Car Cogitore a rencontré dans cette région si éloignée de tout, de la société et de la civilisation moderne, une famille. La famille de Braguine, hommes, femmes, enfants – de très nombreux enfants tous plus blonds les uns que les autres – qui vit là, loin de tout, pour fuir la civilisation comme Braguine lui-même l’affirme haut et fort, sans hésitation, sans regret. A-t-il trouvé le bonheur ?

braguino 3

Cogitore  suit Braguine à la chasse. Une chasse qu’il veut raisonnée. Il affirme ne prélever que le strict nécessaire. Quelques oiseaux et un ours abattu de deux balles de fusil et auquel il faudra rendre hommage pour assurer le repos de son âme. Mais le cinéaste donne l’impression de prendre plaisir surtout à filmer les enfants. Des enfants d’un calme sidérant, filmés sans effets particuliers, si ce n’est l’insistance des gros plans sur les visages. Ces enfants jouent sur le sable. Des jeux simples. Le soir ils plument les oiseaux  autour d’un grand feu. Ils errent aussi dans la forêt. Sans but apparent. En se prenant un peu pour des ours.

Braguine aurait donc tout pour être heureux et sa famille avec lui, si deux événements n’étaient venus troubler la quiétude de la région. Deux événements qui vont changer la tournure du film, le faisant insensiblement glisser du côté de la fiction. Une fiction qui s’esquisse mais qui n’ira pas jusqu’au bout de sa logique. Nous restons dans un documentaire. Et d’ailleurs le format moyen-métrage – moins d’une heure – du film ne lui en laisse pas la possibilité. Cette possibilité de fiction reste donc hors-champ.

De quoi s’agit-il ? De La présence des Kiline d’abord, dès le début du film, et ensuite, dans sa dernière partie très brève, l’arrivée en hélicoptère d’envahisseurs.

Les Kiline, ce sont les voisins. Les seuls voisins. Qui sont venus s’installer là, d’après Braguine, bien après eux. Et qui ont troublé le monde de Braguine de leur seule présence.

Le soir, pendant le repas que le cinéaste partage avec les Braguine, la conversation tourne inévitablement sur les Kiline. Ils ont bien sûr tous les défauts. Et puis surtout, ils ont peur des ours. Alors on ne leur parle pas. Et lorsque les enfants des deux familles se retrouvent sur le même banc de sable, ils s’ignorent systématiquement et le reste du temps ils s’épient de loin, sans le moindre geste, sans le moindre signe en direction des autres.

Quant aux « envahisseurs », des « corrompus » selon Braguine, ils viennent là pour chasser, avec un armement digne d’une armée, leur visée d’appropriation de la région est évidente. Pour Braguine, leur comportement arrogeant ne peut déboucher que sur » la guerre ». Ce que le cinéaste nous laisse imaginer. Nous laisse-t-il entendre par la fin abrupte de son film qu’au fond il ne partage guère l’utopie de Braguine, l’espoir d’une vie simple, en autarcie, au plus proche de la nature. Un mode de vie totalement illusoire, puisque même là il y a des voisins, et qu’on n’est pas à l’abri d’être chassé par des envahisseurs.

Draguino est sorti en salle dans toute la France le 1 Novembre 2017. C’est rare pour un film de moins d’une heure. Mais il est tout à fait justifié d’offrir au public la possibilité de voir ce film dans les meilleurs conditions, sur grand écran dans une salle noire.

braguino 4.jpg

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Une réflexion sur « B COMME BRAGUINO »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s