P COMME PAYSANNERIE.

Sans adieu de Christophe Agou, 2017, 1 H 36

Peut-on montrer au cinéma la paysannerie, la « petite paysannerie » surtout, autrement que sous le jour de la pauvreté, de la misère même ? Une vie paysanne en voie de disparition, dans des régions particulièrement défavorisées, autour du Massif central, en moyenne montagne dans les films de Depardon qui constituent sa série Profil Paysan, des films qui servent encore de référence. Ici nous sommes en plaine, dans le Forez, mais ça ne change pas grand-chose. Nous avons toujours affaire à des conditions de vie difficile, et pas seulement matériellement. L’absence de tout confort saute aux yeux. Les cuisines sont dans un désordre et un encombrement tels qu’il n’est presque pas possible d’y circuler. Et l’on se demande comment la vaisselle peut être lavée. Les cours des fermes, sont boueuses et celui qui n’a pas de bottes a bien du mal à soulever ses pieds. De vieilles carcasses de voitures servent d’abri aux animaux. La seule distraction est la radio. Ou bien les courriers de l’administration ou les appels téléphoniques du service des eaux, mais ni les uns ni les autres ne sont de bonne augure. La solitude est pesante, surtout pour les personnes âgées. Le tout sur fond d’incertitude quant à l’avenir. Trouvera-t-on un successeur, ou un repreneur du bail ? Et que va devenir l’exploitation lorsque le petit troupeau est abattu pour cause de suspicion de maladie de la vache folle ?

sans adieu 2

Sans adieu est un film choral. Il montre sans concession la dureté de vie d’un petit groupe de paysans qui ne se connaissent pas, mais qui sont  confrontés aux mêmes difficultés. Il y a d’abord Claudette, que l’on rencontre dès le début du film et que l’on retrouvera à plusieurs reprises, au point qu’on peut la considérer comme le « personnage principal » du film. Déjà âgée, elle se déplace difficilement avec sa canne. Elle a son franc-parler, surtout au téléphone avec les assistantes sociales. De sa voix forte, elle crie sans arrêt après son chien, un animal qu’au fond elle aime bien et qui lui manquera beaucoup lorsqu’ayant quitté sa ferme, elle ira vivre dans un appartement. Sa principale activité est de nourrir les animaux, poules et lapins. Comme les autres qui nourrissent les vaches, ou les moutons, de petits troupeaux qu’il faut traire à la main dans des étables d’une autre époque. Tous ces personnages sont filmés dans une grande proximité, mais sans les enjoliver aucunement. Le cinéaste s’efforce de les montrer comme ils sont, de façon purement réaliste, sans forcer le trait ou noircir la situation. S’ils ne sont pas particulièrement sympathiques, il est clair qu’il est difficile de ne pas s’apitoyer sur leur sort. Ils parlent peu, ou bien pour eux-mêmes, ou bien à s’adressant au cinéaste derrière sa caméra, mais sans faire particulièrement attention à lui, comme s’il n’était qu’un meuble. La dernière séquence pourtant laisse s’exprimer l’émotion dans ce court dialogue entre le cinéaste et Claudette. Ils se quittent en se doutant qu’ils ne se reverront pas.

sans adieu 3

Et puis il y a les animaux, ceux qu’on élève et ceux qui sont plutôt de compagnie, les chiens et les chais. Tous sont filmés comme le sont les être humain, le plus souvent en gros plans ou du moins en plans rapprochés. La camera cadre au plus près le museau d’une vache. Elle se glisse sous la table pour saisir les petites taquineries du chien et des chats. Elle insiste sur les coups de bec de l’oie qui se défend des attaques du chien. Et elle est placée au ras du sol lorsqu’un autre chien reçoit un crouton de pain pendant le casse-croute du maître. Toutes ces images animalières ponctuent l’ensemble du film. Dans la ferme, grâce aux animaux, la solitude n’est jamais totale.

Sans adieu est un film qui s’adresse aux gens de la ville. Pour qu’ils n’oublient pas la vie de nos campagnes, vue autrement que par un touriste, sans exotisme aucun.

sans adieu

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s