Y COMME YOLO

YO.L.O., Karim Bey, Belgique, 2017, 54 minutes.

Il peut paraitre simple de recueillir la parole des adolescents et d’en faire un film. Et pourtant…

Il ne suffit pas de tendre un micro et de poser des questions pour que ce que vont dire des adolescents ait du sens.

Il ne suffit pas de les mette devant une caméra pour que les images ainsi faites puissent constituer un film.

Le film de Karim Bey – You only live once, cet acronyme, (on ne vit qu’une fois), du titre qui tente de résumer un foisonnement d’idée sur le sens de la vie – est rien moins qu’un objet simple.

yolo

Ce que nous voyons de deux ans de tournage n’est pas simplement une mise bout à bout de rushs, ni même un montage plus ou moins savant. C’est d’abord un dispositif. Un dispositif issu de la rencontre, des échanges, des contacts, entre un réalisateurs et des adolescents, qui non seulement acceptent de participer au film, mais bien plus, vont en devenir le fer de lance, les chevilles ouvrières, les véritables créateurs en somme, puisqu’ils vont prendre la caméra, et se filmer, parlant au réalisateur par caméra interposée ; et de la même façon, nous parlant à nous, spectateurs, dans cette parole publique qui n’a de sens que parce qu’elle passe par l’intermédiaire de la caméra, cet objet technique qu’ils ont appris à utiliser comme un outil, et parce qu’elle constitue le film lui-même , avec toute l’émotion dont ils savent le charger.

yolo7

Deux garçons et deux filles donc, qui s’assoient face à une caméra et qui parlent. Facile ? Pas vraiment. Le gros plan certes nous projette immédiatement dans l’intimité. Et l’on pourrait croire qu’il suffit d’accrocher leur regard pour atteindre le fond de leur cœur. Mais il ne s’agit pas d’étaler au grand jour son jardin secret. Et cette parole n’est pas en soi, immédiatement, pertinente. On sent bien qu’au fil du temps qui passe, en répétant sans cesse l’exercice, que cette parole s’affine, s’approfondit, pour atteindre ce qu’on pourrait qualifier de vérité de l’adolescence.

yolo5

De quoi parlent-ils ? D’amour, de sexualité, d’orientation sexuelle, de drogue. Par exemple. Les sujets brulants de notre époque. Mais aussi et peut-être surtout, de leur vie quotidienne, au jour le jour, le travail scolaire et les vacances, les soirées entre amis un peu trop arrosées, les parents et leurs exigences, ou leur non-présence, et l’avenir aussi, pas celui du monde, mais l’immédiat, celui du lendemain, qui semble pourtant si difficile à conquérir. Parfois, ils sont réunis à deux ou trois, pour de petits moments d’échanges, mais sans confrontation, simplement un contact avec l’autre, avec les autres, comme l’ensemble du film l’est avec la caméra.

yolo6

Au total un tableau inédit de l’adolescence d’aujourd’hui. Grâce à cet exhibitionnisme raisonné qui est l’empreinte personnelle du cinéaste. Et qui permet d’écarter toute pudeur, qui ne serait que faux-semblant.

Le film n’est pas la recherche de la sincérité absolue. Il n’est pas non plus la construction d’un masque social. Il est le révélateur exubérant de quatre vies éblouissantes de beauté.

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Une réflexion sur « Y COMME YOLO »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s