V COMME VALENTINA

Valentina de Maximilian Feldmann.

Un film sur les Rroms. Après Toto et ses sœurs, après Spartacus et Cassandra, après Roméo et Kristina , et bien d’autres encore. Il devient difficile d’apporter un regard neuf sur leur situation, de nous faire découvrir des personnages originaux et de nous proposer un éclairage inédit sur leur mode de vie et les difficultés qu’ils rencontrent. Et pourtant, les trois films cités ont chacun leur problématique propre et finalement se ressemblent peu entre eux. Valentina de Maximilian Feldmann, que nous avons pu découvrir au festival de Brive, est également tout à fait particulier, dans sa réalisation et dans le point de vue qu’il adopte. Plutôt qu’un nouveau film sur les Rroms, il s’agit principalement d’un film sur la grande pauvreté.

Première surprise, le film est en noir et blanc. Un noir et blanc qui peut parfois être particulièrement lumineux. Mais aussi relativement terne, avec beaucoup de grain. Des niveaux de gris plutôt, sans contraste. Car le film mélange deux types d’images. Aux images filmées (qu’elles soient vidéo ou  16 mm)  il oppose des vues fixes, qui sont un véritable travail photographique. De la sorte le film évite systématiquement toute uniformité.

En second lieu, le réalisateur a choisi de se centrer sur une enfant de 10 ans, et d’adopter en quelque sorte son point de vue sur sa vie et sur sa famille, que d’ailleurs elle nous présente les uns après les autres, père et mère et toute une série -7 ou 8 – de frères et sœurs, surtout des sœurs d’ailleurs. Mais la famille n’est pas au complet, car les ainés ont été arrêtés par la police pur mendicité sur la voie publique et placés dans un foyer. Pour Valentina c’est un véritable drame et elle vit très douloureusement cette séparation forcée. Le père d’ailleurs entreprendra des démarches pour qu’elles reviennent à la maison. Une maison qui se réduit à une seule pièce dans une cabane. Et la séquence où ils installent les couvertures pour pouvoir tous dormir dans cet espace restreint, si elle peut être vue comme empreinte d’un certain humour, en dit long sur la façon dont ils peuvent affronter leur misère et leur dénuement. Les liens familiaux très forts qu’ils vivent sont peut-être la seule chose qui les rattache à la vie. Car pour le reste, la question lancinante ne cesse d’être posée : comment les parents peuvent-ils nourrir une si nombreuse famille ?

Leur situation est en effet particulièrement précaire. Pour survivre la mère et ses enfants les plus grands mendient dans le centre-ville de Skopje, en Macédoine. Ce qui n’est pas sans danger. Pourtant nous apprenons avec une certaine surprise que le père a tenu un rôle de le film de Emir Kusturica, Chat noir, chat blanc, dont nous voyons d’ailleurs un court extrait. Gageons que le film qui fait de sa fille une « vedette » ait pu être aussi une certaine source de revenus.

Valentina est omniprésente dans le film. Dans la bande son, c’est elle, en voix off, qui présente les autres membres de la famille et son histoire, et les petites activités qui occupent sa vie. Une bande son souvent en décalage avec les images, mais qui entretient avec elles des rapports dialectiques riches de sens. Le film est bien loin du cinéma direct. C’est une reconstitution d’un point de vue d’auteur que l’on sent particulièrement impliqué dans la réalité qu’il donne à voir. Et s’il ne prétend aucunement pouvoir faire partie de cette communauté Rrom, ni surtout de la famille de Valentina, son regard n’est jamais celui d’un voyeur extérieur. Un film de compréhension en somme. Un film qui nous fait comprendre la situation de ceux qui sont filmés, parce que le réalisateur lui-même essaie avant tout de la comprendre.

Valentina 2

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s