D COMME DOLLAR

I Love $, Johan Van der Keuken, Pays-Bas, 1986, 140 minutes.

Un cours d’économie mondiale par cet inlassable voyageur qu’est Johan Van der Keuken. Quatre villes, quatre plaques tournantes de la finance, Amsterdam, New York, Hong Kong, Genève. Toute la fortune du monde. Partout la même frénésie dans les salles de marché, les mêmes mains qui s’agitent dans un langage incompréhensible pour le commun des mortels, les mêmes ordres criés au téléphone. Et partout des chiffres, sur de multiples écrans, des chiffres qui s’affichent, disparaissent, resurgissent dans un renouvellement incessant. De quoi faire tourner la tête !

Les banquiers, les financiers, les hommes d’affaire que Van der Keuken interrogent semblent bien loin de la frénésie et du vacarme des salles de marché, dans leurs grands bureaux feutrés, répondant calmement à leur interlocuteur. Ils essaient bien sûr de parler en spécialistes, expliquant l’état et les évolutions prévisibles de l’économie mondiale. Mais ce qui intéresse surtout le cinéaste, c’est leur relation personnelle à l’argent, la signification qu’il lui donne, la perception qu’ils ont de son rôle dans le monde. Les réponses varient très peu. Oui, ils sont fascinés par l’argent, son pouvoir de tout diriger sur la planète. Oui, ils feraient tout pour ce dieu, bien plus puissant que n’importe quelle divinité ancienne. De la Chine en passe de devenir elle aussi capitaliste à l’Amérique dirigeant le monde grâce au dollar, en passant par la vieille Europe, il n’y a plus qu’une seule religion, qu’une seule et même volonté humaine, celle de s’enrichir. Et les vœux maints fois répétés à l’occasion du Nouvel An par la télévision de Hong Kong résonnent bien au-delà de la mer de Chine. Richesse et Prospérité. En 1986, quand Johan Van der Keuken réalise son film, on parlait encore très peu de mondialisation, pourtant, en voyant le film aujourd’hui, on n’est absolument pas dépaysé.

i love dollar 6

S’il filme les bourses et les banques du monde, Van der Keuken s’intéresse aux quatre villes qu’il a choisies et en dresse un portrait haut en couleurs jouant beaucoup sur les contrastes. Tout commence à Amsterdam, sa ville natale qu’il filmera bien plus profondément dans quelques années. Ici, il nous montre les jeux de dés dans un parc ce qui inaugure cet appât du gain facile que l’on retrouvera sur le champ de courses à Hong Kong. Il y a quand même quelques plans de canaux gelés et recouverts de neige. Un grand calme par opposition à la frénésie de la bourse.

i love dollar 3

A New York, Van der Keuken s’intéresse au quartier portoricain. De longs travellings sur des façades d’immeubles en ruine ou ravagés par le feu nous montrent l’état de décrépitude de cette partie de la Grosse Pomme livrée à la spéculation immobilière. Dans un petit restaurant le fils de la cuisinière ne rêve que de pouvoir s’installer cinquième avenue pour faire découvrir la cuisine de son pays d’origine à ceux qui sont habitués au luxe. Il faut beaucoup d’argent pour cela. Mais en travaillant beaucoup, rien n’est impossible pour le rêve américain.

i love dollar 4

La séquence sur Hong Kong est une véritable découverte en profondeur de la ville. Van der Keuken promène sa caméra sur les marchés, filme la profusion des légumes et de la viande. La nuit, ce sont les néons et les enseignes lumineuses de toutes sortes qui attirent son attention. Pour le repas traditionnel du Nouvel An, il filme une famille qui, des grands parents aux enfants, semblent apprécier vraiment beaucoup la variété des plats proposés. Comme l’explique le père de famille, plus on est riche, plus on mange car plus on achète de nourriture, plus on montre qu’on est riche. Hong Kong est une ville de plus en plus verticale où les immeubles de plus en plus hauts semblent pousser comme des champignons.

i love dollar 5

Le retour en Europe, à Genève, est plus calme. Van der Keuken filme la chaire de Calvin et évoque les relations que l’on peut établir entre le capitalisme et la réforme, en référence aux théories de Max Weber qui n’est pourtant pas cité. Dans une école les enfants venant d’Italie, du Portugal, de Yougoslavie apprennent le français. Tous disent préférer Genève à leur pays dans lequel ils n’ont aucune envie de revenir. Et puis la Suisse, c’est le pays de l’horlogerie. D’où la visite d’une entreprise où le patron fait la louange de la compétence de son ouvrière qui travaille devant lui. A Genève, le luxe ce sont les voitures de course rouges et les montres en or avec bracelet de diamants dans les vitrines. Décidément, c’est bien la fascination de l’argent qui domine le monde.

 

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Une réflexion sur « D COMME DOLLAR »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s