R COMME RENCONTRE – Brigitte Chevet

De formation journalistique, Brigitte Chevet est réalisatrice de documentaires produits et diffusés par la télévision. Pourtant son œuvre, déjà importante, n’a rien à envier à bien des films qui se parent de l’étiquette cinéma du seul fait de leur sortie en salle. Mais, Télévision et cinéma, où réside la différence ?

Les documentaires qu’a réalisés Brigitte Chevet sont avant tout des films d’auteur, et s’ils sont diffusés sur les chaînes de la télévision publique (nationale et régionale). Ce sont à n’en pas douter de véritables œuvre de cinéma. Brigitte Chevet ne nie pas les différences qui existent entre télévision et cinéma (elles sont de plus en plus évidentes: durées, financements, etc…). Mais elle s’en accommode parfaitement. Et elle sait faire de ce qu’on aurait tendance à considérer comme un handicap un point fort de son travail.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rencontre.

Sa formation de journaliste comportait une spécialisation de « reporter d’images ». C’est donc tout naturellement qu’elle s’oriente vers le reportage télévisé. Mais cela ne la satisfait guère: trop rapide, trop court, trop superficiel. Et c’est tout aussi naturellement qu’elle entreprend de réaliser des magazines, puis des documentaires sur des sujets qui lui tiennent à cœur, en développant son savoir-faire d’autrice et réalisatrice. Dans ce travail, elle n’a pas la prétention de faire œuvre artistique. Elle préfère plutôt le considérer comme de l’artisanat. Pourtant ses films ont une dimension toute personnelle. Elle y prend position sur des enjeux de notre époque, le démantèlement nucléaire par exemple à propos du cas de la centrale Brennilis. Elle ne renie nullement cette dimension engagée de son cinéma. Voilà une prise de position qui, dans sa bouche, n’a rien de la langue de bois. Il s’agit de faire bouger les choses autant que faire se peut, avoir un coup d’avance sur la réflexion des spectateurs. Sa caméra traite  de thèmes aussi variés que l’énergie solaire, les relations garçons-filles à l’adolescence, le parcours d’un poète à la rencontre d’habitants de HLM, ou de la désertification médicale en milieu rural.

Mais à la télé, peut-on librement développer ses idées sans avoir des comptes à rendre aux producteurs ou aux diffuseurs ? Certes la télé a ses contraintes. Si un film doit faire 52 minutes, ce n’est pas 53 ! Et elle ajoute même la durée du générique est imposée. Il ne s’agit pas de dire alors (de façon purement formelle) que l’on peut transformer ces contraintes en liberté. Non. Il n’est pas possible de faire comme si ces contraintes n’existaient pas. Seulement elles donnent un cadre et c’est dans ce cadre qu’il importe au cinéaste de développer son travail personnel.

S’il y a une liberté dans le travail de Brigitte Chevet, c’est celle de trouver une forme adaptée au sujet qu’elle veut traiter. Et effectivement ses films apparaissent tous très différents les uns des autres. Films d’immersion, film-enquête, film-portrait, films d’archives, film d’interviews…Au fil des films elle s’affirme comme exploratrice de formes. Mais cette recherche n’a rien de formelle. Visiblement pour elle, il importe avant tout de ne pas tomber dans la monotonie, ou les stéréotypes. Raconter une histoire au mieux, et pour le plus grand nombre.

chevet-3

Elle a envie de progresser, d’apprendre toujours, prendre des risques. Pour elle, le meilleur de ses films est celui qu’elle n’a pas encore fait. Mais de tous, celui dont elle parle avec le plus d’enthousiasme, c’est L’Espionne aux tableaux. Avec ce portrait d’une résistante injustement oubliée (parce qu’il s’agit d’une femme) après la guerre, elle a le sentiment d’avoir fait œuvre utile d’historienne. Rose Valland, historienne d’art, travaillait au musée du Jeu de Paume – haut lieu du pillage systématique des œuvres d’art appartenant à des juifs par les nazis – pendant l’occupation. C’est là qu’elle a tenu un registre extrêmement précis des œuvres expédiées en Allemagne, ce qui permit à la libération de pouvoir en rapatrier un grand nombre et de les rendre à leur propriétaire. Mais pourquoi ces actes d’héroïsme ont-ils été si facilement oubliés ? Le film est donc à la fois un hommage à cette femme, à son action, et en même temps une réflexion sur les « lacunes » de l’histoire.

 

Brigitte Chevet vit et travaille à Rennes. Elle donne des cours parfois à l’université, ou accompagne des auteurs, une activité de formatrice qu’elle voudrait bien développer. En même temps elle est administratrice à la Scam, où elle travaille à une meilleure prise en compte des auteurs en région. Et puis surtout, elle poursuit son travail de documentariste. Et elle ne manque pas d’idées. Son dernier film est bientôt en montage, il s’agit cette fois d’un travail d’interviews : elle y questionne d’anciens jurés d’assises sur l’expérience citoyenne ultime, celle de juge d’un jour.  Elle poursuit l’écriture de deux ou trois autres projets, dont une enquête sur les représentations de la ménopause, un thème « tabou », un autre sur les violences conjugales, et un portrait de Jean Jouzel, le spécialiste du réchauffement climatique en France. Nous les attendons avec impatience.

Brigitte Chevet, une cinéaste documentariste heureuse !

 Sur L’Espionne au tableau (2015) : https://dicodoc.blog/2017/11/07/e-comme-espionne/

Et sur Brennilis, une centrale qui ne voulait pas s’éteindre (2004) : https://dicodoc.blog/2016/11/05/e-comme-ecologie/

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s