I COMME IMAGE- de la France.

L’image qu’on s’en fait, Seb Coupy, 2018, 75 minutes.

Visiter la France en suivant son circuit autoroutier n’est sans doute pas le meilleur moyen d’en découvrir les paysages et d’en apprécier la diversité. Pourtant, ce peut être une façon d’appréhender la façon dont chaque région, -chaque ville, chaque curiosité, chaque moment –  entend donner une image de soi, une image qui la caractérise sans hésitation possible, une image dans laquelle ses habitants – ou ses amoureux, voire ses élus et autres responsables – se reconnaissent, bref une image qui dise sa vérité et qui mette en évidence – et en valeur- son âme. Car les autoroutes sont jalonnées de grands panneaux,  qui se démarquent par leur forme et la couleur des panneaux publicitaires traditionnels des entrées de villes, mais qui ont bien quand même une fonction publicitaire à portée touristique. Seb Coupy a constitué un répertoire – on pourrait presque dire un atlas – de ces panneaux dans un film qui nous promène – sans aucun excès de vitesse, son rythme étant plutôt lent – du nord au sud et d’ouest en est de l’hexagone. Une façon de découvrir ou de repérer toute une mythologie française, tant ces images renvoient aux stéréotypes les plus courants, définissant certes une identité locale, mais sans écarter les clichés rabattus.

l'image qu'on s'en fait 22.jpg

Ainsi on va passer à proximité de quelques villes (Carcassonne et Dijon), de monuments célèbres (on évite le Mont saint Michel mais pas la Baies des Anges), de spécialités locales (le camembert et les vaches limousines) et même de hauts lieux historiques (Gergovie par exemple pour la victoire des gaulois sur les romains, ou Le Mont Mouchet pour les combattants de la résistance). Et ainsi de suite. La liste est relativement longue, même si elle est loin d’être exhaustive et bien des français regretteront sans doute de ne pas retrouver le quelque part où ils sont nés !

Entre les plans cadrant depuis le bord de l’autoroute ces panneaux, le cinéaste nous fait rencontrer ceux qui les ont conçus, ceux qui les financent et ceux qui se sentent concernés par eux, ceux justement qui sont du coin. Les avis sont dans l’ensemble plutôt positifs, sauf pour Nice où les dames qui sont conviées à en parler se déchainent contre leur laideur. Tout ceci met en évidence que rien n’y est laissé au hasard et que dans le fond leur message est bien reçu.

l'image qu'on s'en fait 21

Le film se termine par Paris et la Tour Eiffel. Avec en fond sonore un couplet de la Marseillaise, les touristes étrangers mitraillent le monument illuminé avec leur téléphone portable. Ils pourront ramener chez eux une image de la France.

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s