B COMME BIO-FILMOGRAPHIE : Bojina Panayotova

Bojina Panayotova grandit dans les rangs des pionniers communistes en Bulgarie avant d’arriver en France avec sa famille, juste après la chute du mur. Elle étudie la philo à l’Ecole Normale Supérieure, tout en devenant accro aux thrillers du distributeur automatique de K7 vidéos. Elle décide de faire de cette addiction son métier et entre à la Fémis en réalisation. C’est là qu’elle rencontre le collectif de réalisateurs-producteurs Stank. Avec leur soutien, explore son Far East bulgare dans deux « films sauvages » plébiscités dans les festivals : le court métrage L’immeuble des braves qui remporte le Prix du meilleur documentaire au festival Silhouette et est sélectionné pour les César 2021, et le long métrage Je vois rouge qui est sélectionné à la Berlinale avant de sortir au cinéma en 2019. Elle collabore également avec le réalisateur Boris Lojkine avec qui elle co-écrit Camille, prix du public à Locarno et Bayard du meilleur scénario à Namur.

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s