A COMME AKERMAN – Chantal

News from Chantal Akerman. Martine Lancelot, 2020, 44 minutes

Le Tombeau de Chantal. Une lettre destinée à une amie disparue. On pense immédiatement à Chris Marker, au Tombeau d’Alexandre et au-delà du cinéma, on se doit d’évoquer Mallarmé. Une lettre qui n’a pas été écrite et envoyée du vivant de sa destinatrice. Un film qui faut revivre la disparue. Peut-on tout dire au-delà de la mort ?

Une lettre lue d’une voix douce, sans pathos mais quand même chargée d’émotion. Ou c’est peut-être le texte lui-même qui suscite l’émotion, qui la déclenche imperceptiblement d’abord, puis de plus en plus intensément jusqu’à la fin du film, où la voix de Martine laissera la place à celle de Chantal.

Le film de Martine Lancelot retrace la carrière cinématographique de Chantal Akerman, mais aussi il évoque la vie de la cinéaste belge. Enfin – ou plutôt en même temps – il nous parle de la relation personnelle entretenue par ces deux femmes, deux cinéastes, l’une disparue, l’autre réalisant le Tombeau de son amie.

Dans la filmographie de Chantal Akerman, c’est Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles que Martine Lancelot met au premier plan. Jeanne Dielman …un film phare du cinéma mondial, un film entièrement novateur, qui reste encore, tant d’année après sa réalisation, une référence, plus qu’une simple référence même, un film sans lequel le cinéma aujourd’hui ne serait pas ce qu’il est. Un film de femme, réalisé par une femme, sur une femme ordinaire, interprétée par cette actrice unique qu’a été Delphine Seyrig. Un film féministe donc, au sens le plus simple du terme – donc pas militant – qui est peut-être son sens le plus profond.

La vie de Chantal Akerman, c’est d’abord et avant tout, le cinéma. Mais c’est aussi sa mère. Une relation forte, indispensable. Et donc ses origines juives qui ne sont d’ailleurs évoquées ici qu’en passant. Dans la vie de Chantal, il y a aussi New York, une ville où elle dit se sentir, enfin, entièrement libre. D’où les va-et-vient presque incessants avec Bruxelles, la vielle où il faut bien revenir, pour retrouver la mère.

Le film ne propose pas d’images de la mère de Chantal Akerman. Il nous offre (un vrai cadeau, exactement), des images des films de Chantal. Essentiellement d’ailleurs des images de son dernier film, sur le titre duquel celui de Martine Lancelot est calqué. Des images de désert donc. Des images presque vides, presque fixes, presque ennuyeuses mais d’une beauté sidérante.

Et puis il y a la relation entre Chantal et Martine. Une relation évoquée avec une pudeur extrême. Une relation qui bien sûr a laissé à Martine un souvenir indélébile (selon cette formule consacrée, banale donc, mais si vraie, puisque ce souvenir s’inscrit dans l’ensemble du film.) Le film nous fait entrer dans l’intimité de cette relation par petites touches, par des images d’un appartement d’une cuisine, une chambre – ou celle d’un hôtel – un lit. Une relation qui est aussi une relation de cinéma, pour le cinéma, qui n’a existé que par le cinéma. Elles se sont rencontrées dans des festivals. Elles se sont retrouvées, bien après s’être pratiquement perdues de vue, à l’occasion d’un film, réalisé par Martine, un film sur la cinéaste Chantal Akerman.

Comment terminer une telle évocation, puisque le souvenir de l’autre est toujours vivant ? Chantal est toujours vivante. Nous allons la voir dans cette séquence terminale tout à fait inoubliable. Des photos en noir et blanc, des gros plans du visage de Chantal, un visage si expressif, plutôt détendu, souriant, songeur aussi. Et pour accompagner ces magnifiques portraits la voix off de la cinéaste qui parle de son cinéma, de sa vie, de sa vie de cinéma. Beaucoup plus qu’un hommage.

Publié le
Classé dans A Marqué ,

Par jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :