V COMME VIE DOC #5.

Vie doc, une fois par semaine, l’actu du doc, les festivals, les événements, les sorties, les surprises…

14 AVRIL 2019

Festival

Palmarès Vision du réel 2019

Sesterce d’or la Mobilière
Meilleur long métrage de la Compétition Internationale
Heimat Is a Space in Time, Thomas Heise

Prix du Jury Région de Nyon
Long métrage le plus innovant de la Compétition Internationale
That Which Does Not Kill , Alexe Poukine

Mention spéciale :When the Persimmons Grew, Hilal Baydarov

Sesterce d’or Canton de Vaud
Meilleur film de la Compétition Internationale Burning Lights
The House, Mali Arun

Prix du Jury Société des Hôteliers de La Côte
Film le plus innovant de la Compétition Internationale Burning Lights

Seven Years in May
Affonso Uchôa

Sesterce d’or SRG SSR
Meilleur film suisse
Looking for the Man With the Camera, Boutheyna Bouslama

Prix du Jury SSA/SUISSIMAGE
Long métrage suisse le plus innovant
Taste of Hope
Laura Coppens

Mention spéciale : Lucky Hours, Martine Deyres

Sesterce d’argent George Reinhart
Meilleur moyen métrage, Jury CIMC
Compañía,  Miguel Hilari

Prix du Jury des Jeunes George Reinhart
Moyen métrage le plus innovant, Jury des Jeunes
God, Christopher Murray, Israel Pimentel et Josefina Buschmann

Mention spéciale Jury CIMC : Camp on the Wind’s Road , Natasha Kharlamova

Sesterce d’argent Fondation Goblet
Meilleur court métrage, Jury CIMC
Akaboum , Manon Vila

Prix du Jury des Jeunes Mémoire Vive
Court métrage le plus innovant, Jury des Jeunes
Akaboum, Manon Vila

Mention spéciale, Jury CIMC, The Outer Space Forest, Victor Missud

Sesterce d’argent Prix du Public Ville de Nyon
Meilleur film de la section Grand Angle
Midnight Traveler , Hassan Fazili, Emelie Mahdavian

Prix IDFA Talent
Invitation à la prochaine édition d’IDFA pour participer à un programme sur mesure au sein de IDFA Industry et à participer à des activités de formation (frais de voyage & de logement couverts)

Mars, Oman Vanessa Del Campo Gatell

Prix Tënk
Achat des droits de diffusion pour un film & résidence de montage

Dead Sea Dying, Katharina Rabl et Rebecca Zehr

Prix Interreligieux
Long métrage de la Compétition Internationale qui met en lumière des questions de sens et d’orientation de la vie
When the Persimmons Grew, Hilal Baydarov

Mention spéciale, Norie, Yuki Kawamura

Prix ZONTA
Une réalisatrice dont l’œuvre révèle une maîtrise et un talent qui appellent un soutien à des créations futures Taste of Hope, Laura Coppens.

vision du réel 2

Sesterce d’or Prix Raiffeisen Maître du Réel
Prix à la carrière décerné à

WERNER HERZOG 

Filmographie

  • Meeting Gorbachev (co-réalisé avec André Singer), 2018
    •Into the Inferno, 2017
    • Salt and Fire, 2016
    • Lo and Behold, 2016
    • Queen of the Desert, 2014
    • From One Second to the Next, 2013 On Death Row I + II, 2012/13
    • Into the Abyss – A Tale of Death, a Tale of Life, 2011
    • Die Höhle der vergessenen Träume (La Grotte des rêves perdus), 2010
    • Ode auf den Morgen der Menschheit (Ode to the Dawn of Man), 2010
    • My Son My Son What Have Ye Done (Dans l’œil d’un tueur), 2009
    • La Bohème, 2009
    • Bad Lieutenant – Port Of Call: New Orleans (Bad Lieutenant – Escale à la Nouvelle-Orléans), 2008
    • Encounters at the End of the World, 2007
    • Rescue Dawn, 2006
    • The Wild Blue Yonder, 2005
    • Grizzly Man, 2005
    • The White Diamond, 2004
    • Rad der Zeit (Wheel of Time), 2003
    • Christ and Demons in New Spain, 2002
    • Ten Thousand Years Older, 2001
    • Pilgrimage, 2001
    • Invincible, 2000
    • Gott und die Beladenen (The Lord and the Laden), 1999
    • My Best Fiend, 1999
    • Wings of Hope, 1999
    • Little Dieter Needs to Fly, 1997
    • Tod für fünf Stimmen (Death for Five Voices), 1995
    • Die Verwandlung der Welt in Musik (The Transformation of the World into Music), 1994
    • Glocken aus der Tiefe (Les Cloches des profondeurs), 1993
    Lessons of Darkness, 1992
    • Film Lektionen (Film Lesson), 1991
    • Schrei aus Stein (Scream of Stone), 1991
    • Jag Mandir: Das exzentrische Privattheater des Maharadscha von Udaipur (Jag Mandir), 1991
    • Echos aus einem düsteren Reich (Echos d’un sombre empire), 1990
    • Wodaabe – Die Hirten der Sonne (Wodaabe, les bergers du soleil), 1989
    • Les Gauloises, 1988
    • Cobra Verde, 1987
    • Wo die grünen Ameisen träumen (Le Pays où rêvent les fourmis vertes), 1984
     Gasherbrum – The Dark Glow of the Mountains, 1984
    • Die Ballade vom kleinen Soldaten (La Ballade du petit soldat), 1984
    • Fitzcarraldo, 1982
    • Glaube und Währung – Dr. Gene Scott, Fernsehprediger (God’s Angry Man), 1980
    • Huie’s Sermon, 1980
    • Woyzeck, 1979
    • Nosferatu: Phantom der Nacht (Nosferatu, fantôme de la nuit), 1978
    • La Soufrière, 1977
    • Herz aus Glas (Cœur de verre), 1976
    • Stroszek (La Ballade de Bruno), 1976
    • How Much Wood Would a Woodchuck Chuck, 1976
    • Mit mir will niemand spielen (Personne ne veut jouer avec moi), 1976
    • Jeder für sich und Gott gegen alle (L’Énigme de Kaspar Hauser), 1974
    • The Great Ecstasy of Woodcarver Steiner, 1973
    • Aguirre, der Zorn Gottes (Aguirre, la colère de Dieu), 1972
    • Behinderte Zukunft (Handicapped Future), 1971
    • Land des Schweigens und der Dunkelheit (Pays du silence et de l’obscurité), 1971
    • Auch Zwerge haben klein angefangen (Les Nains aussi ont commencé petit), 1970
    • Fata Morgana, 1970
    • Die fliegenden Ärzte von Ostafrika (The Flying Doctors of East Africa), 1969
    • Maßnahmen gegen Fanatiker (Precautions Against Fanatics), 1969
    • Lebenszeichen (Signes de vie), 1968
    • Letzte Worte (Last Words), 1967
    • Die beispiellose Verteidigung der Festung Deutschkreutz (The Unprecedented Defence of the Fortress Deutschkreutz), 1966
    • Spiel im Sand (Game in the Sand), 1964
    • Herakles, 1962

 

Sorties

Le Grain et l’ivraie , Fernando E. Solanas

Pour Ernestine, Rodolphe Viémont

Godard / Sollers : L’entretien, Jean-Paul Fargier

Love, Cecil (Beaton), Lisa Immordino Vreeland

Upon The Shadow, Nada Mezni Hafaiedh

 

Evenement :

19 Avril

Les Rencontres d’Images documentaires : Andrei Ujica

Organisé par la revue Images documentaires

Centre Pompidou Paris.

Projection
• « L’Autobiographie de Nicolae Ceausescu », réalisation Andrei Ujica, 2010, 180 min

« Trois heures de cinéma condensant les 24 années de pouvoir (1965 à 1989) du Conducator à partir des archives publiques et privées dont le dirigeant roumain a été le commanditaire et le metteur en scène, ou comment l’imagerie officielle finit par se retourner contre son investigateur. Ujica réalise ici un documentaire historique en forme de superproduction romanesque. »

Livre

Varda livre

Agnès Varda : le cinéma et au-delà

Antony Fiant, Roxane Hamary et Eric Thouvenel.

Presses Universitaires de Rennes.

Présentation de l’éditeur :

« Littéraire, fictionnel, documentaire, poétique, politique, court, long, en couleurs, en noir et blanc, le cinéma d’Agnès Varda est de ceux qui incitent aux adjectifs, aux qualificatifs, par amour du mot ou du jeu mais surtout en raison de sa multiplicité et de sa complexité. Depuis 1954, avec près de quarante films, la cinéaste manifeste une liberté créatrice témoignant d’une démarche toujours innovante, d’une volonté d’explorer le cinéma dans toute sa richesse et de lui donner un prolongement par ses récentes installations. Ainsi, dès le début, si La Pointe Courte fut une tentative pré-Nouvelle Vague d’aller à la rencontre de la vie telle qu’elle est, cette intrusion dans le monde réel n’a jamais constitué une fin en soi pour Varda. L’originalité et l’imagination de la cinéaste l’inciteront toujours à dépasser les apparences pour leur préférer sa vérité. Ses films et installations font alors la part belle aux sentiments des protagonistes à travers lesquels elle nous convie à appréhender des univers divers et variés, quels qu’en soient les difficultés ou les drames : celui de Cléo comme en suspens durant une heure et demie d’une attente douloureuse dans Cléo de 5 à 7, celui, utopique et finalement tragique, de François dans Le Bonheur, celui de Mona si réfractaire aux autres dans Sans toit ni loi, celui, forcément cloisonnant, de Quelques veuves de Noirmoutier, celui, ludique et autobiographique, de L’Île et Elle ou bien celui de la France occupée dans son Hommage aux Justes de France. Ce volume est issu d’un colloque international organisé à l’université Rennes 2 en novembre 2007. Il réunit une vingtaine de textes qui mettent en évidence la richesse et la cohérence du cinéma d’Agnès Varda ainsi que ses prolongements et saluent ce parcours unique, d’une liberté jamais démentie. »

E COMME ENTRETIEN / Luciano Barisone.

Vous quittez cette année le festival Visions du Réel après 7 ans passés en tant que Directeur artistique. Quel bilan faites-vous de ce festival et de votre action en son sein ?

Le Festival était déjà bien connu avant mon arrivée, mais dans ces sept dernières éditions, il a vu une augmentation constante autant dans le nombre de spectateurs que dans le nombre de films soumis à la sélection. Une telle popularité se mesure au rayonnement international de Visions du Réel, qui, à la suite de sa vocation annoncée de découvreur de talents et de plateforme de lancement mondiale, voit s’étendre sa reconnaissance, soit par la demande d’organisation de «cartes blanches» (souvent consacrées à la production documentaire suisse contemporaine) de la part de plusieurs festivals et institutions d’autres pays, soit par l’invitation à une étroite collaboration avec l’Academy Award américaine, qui décerne les Oscars, et avec l’European Film Academy, qui décerne l’European Documentary Award.

Quelle est pour vous la spécificité de VDR par rapport aux autres festivals consacrés au documentaire, francophones en particulier ?

Il n’y a pas une spécificité qui dure dans le temps et dans laquelle le Festival est figé. Les spécificités se créent avec le travail, au fil des années  et sont liées à la personnalité da chaque directeur. Ceci dit le nom même du Festival, « Visions du réel », donne bien l’idée d’une possible spécificité : le réel en tant qu’élément objectif n’existe pas. Ou mieux il existe peut-être, mais il n’est pas perceptible en tant qu’objectif. Chaque perception de la réalité est subjective. On est donc loin de l’idée de « vérité », autre élément méconnaissable, et plus prêt d’une idée de réel représenté, selon une vision individuelle et personnelle. En ce qui me concerne, je n’aime pas le mot « documentaire ». Je préfère celui de « cinéma du réel ». Le mot « documentaire » renvoie tout le temps à la télévision et à sa tache informative et didactique, d’une façon presque dogmatique. Or je ne peux pas accepter qu’une forme d’art née avec les Frères Lumière en tant que cinéma soit dépossédée de ce titre pour être considérée une forme mineure et pas du tout artistique. Pour moi le cinéma est l’art du doute et de l’illusion. Exactement comme le réel, qui est le territoire de cette forme d’art. La différence entre le cinéma du réel et cinéma de fiction est toute entière dans le dispositif utilisé. En ce qui concerne les autres festivals consacrés au cinéma du réel, francophones en particulier, j’ai un grand respect pour le FID Marseille, qui depuis longtemps a une programmation ouverte à l’art contemporaine et à la fiction, et aussi pour le Cinéma du Réel parisien, plus lié à une idée traditionnelle de cinéma direct. On arpente tous le même territoire, avec parfois de points de vue différents. Pour moi la forme et le fond sont autant importants que le côté humaniste des œuvres prises en considération.

Quel rapport entretiennent les différentes sections du festival entre elles ?

Chaque section du Festival suit une ligne propre et est en même temps coordonnée avec les autres. Les sections compétitives demandent des films en première mondiale ou internationale ; les autres ne sont ouvertes qu’au talent de cinéastes. La Compétition Internationale essaie de dénicher le meilleur de la production mondiale, à la suite d’une longue et profonde recherche dans le réseau international, soit dans la forme longue que moyenne et courte. La Compétition « «Regard Neuf » et celle nommée « Premier Pas » ont l’ambition et le plaisir de dénicher des talents aux prises avec leur premier long métrage ou bien avec leur premier court. La Compétition Helvétique veut mettre en lumière la production nationale suisse dans le domaine du cinéma du réel. « Grand Angle » recueille le meilleur de la production mondiale déjà montrée dans d’autres festivals internationaux. Les Ateliers sont consacrés à la présentation de l’œuvre intégrale de quelques cinéastes reconnus mondialement et sont accompagnés par des leçons de cinéma.  Le Prix Maître du Réel consacre un grand cinéaste, qui a travaillé dans la fiction autant que dans le réel. Le Festival se présente donc comme un outil de transmission entre l’expérience des maîtres et les jeunes auteurs émergents.

VDR a consacré cette année Alain Cavalier comme Maître du réel. Une grande partie de son œuvre est autobiographique. Comment analysez-vous cette dimension et pensez-vous qu’elle soit une caractéristique importante – voire majeure- du documentaire actuel ?

L’élément autobiographique se retrouve dans plusieurs disciplines artistiques depuis leur naissance. Il parcourt le cinéma du réel autant que celui de fiction. Je trouve plus honnête et moins prétentieux un cinéaste qui en fait usage en affirmant clairement un point de vue partial que celui qui, à travers un faux concept d’objectivité, prétends n’affirmer que la « vérité ». Parce que, en ne reconnaissant que le reflet d’un regard individuel, il affirme l’impossibilité d’un point de vue universel. Plutôt que regarder le réel directement, le cinéaste qui utilise l’élément autobiographique le considère à travers le filtre de sa propre humanité, une humanité pas cachée mais affirmée avec force et mise en valeur comme le seul critère d’une possible connaissance du monde. L’élément autobiographique dans l’œuvre de Cavalier est son contact évident, sa familiarité, avec les personnes qu’il filme. C’est une présence bienveillante qui capte dans les gestes et les mots de « l’autre » quelque chose qui pourrait être un écho de sa propre sensibilité ; et aussi de celle des spectateurs.

Le cinéma documentaire suisse vous paraît-il aujourd’hui plein de vitalité ? Quelle peut-être sa place dans le cinéma mondial ?

Le cinéma documentaire suisse est en bonne santé, bien protégé par des soutiens calibrés de l’Etat et de sages investissements de la télévision publique. Sa qualité primaire au niveau technique est impeccable et la variété de ses formes en garantit l’accès à un public nombreux et différencié. Tout ça lui vaut une place intéressante dans le cinéma mondial. Pas au niveau quantitatif (parce que d’autres pays, bien plus grands, produisent beaucoup plus de films), mais sûrement au niveau qualitatif.

Dans les 10 dernières années de VDR quels sont les films qui vous ont le plus marqué ?

C’est un peu difficile de faire une échelle des priorités, quand on voit plus que 3000 films par an, pour en choisir un peu plus qu’une centaine. Pour moi les films des programmes de ces sept dernières années sont presque tous formidables. Par contre je me souviens parfois de quelques films documentaires qui ont anticipé la réalité contemporaine, genre God Save Justin Trudeau, où l’on voyait l’actuel Premier Ministre du Canada en train de construire avec sympathie sa carrière politique, ou Edouard, mon pote de droite, qui montrait l’activité politico-administrative de Edouard Philippe, à cette époque maire du Havre et maintenant nouveau Premier Ministre français.

Si en quittant VDR vous aviez une proposition à faire concernant son avenir, quelle serait-elle ?

Visions du Réel est bien placé au niveau international en ce qui concerne la qualité de la programmation et la force de son marché, le Doc Outlook International Market. Je pense que pour se développer encore plus il faudrait ouvrir une ligne directe de soutien à la production de documentaires de création, avec des bourses, des laboratoires, des workshops.

Beaucoup aujourd’hui soulignent les difficultés que le cinéma documentaire rencontre au niveau de la production et de la diffusion, mais en même temps il est possible de montrer qu’il n’a jamais été aussi créatif. Qu’en pensez-vous ?

Les difficultés pour ceux qui veulent faire du cinéma créatif ont toujours existé, mais aujourd’hui de mon point de vue la production dans le cinéma du Réel n’a jamais été aussi riche et diversifiée. Et la prolifération de festivals partout dans le monde, ainsi que la création des plateformes numériques, qui mettent les films à disposition des spectateurs du web, rends toute cette production plus accessible. C’est peut-être le plaisir qu’apporte cette forme de cinéma qui est changé. La télévision en général est devenue plus hésitante dans ses choix de qualité et plus prévisible dans sa programmation. Aujourd’hui d’autres formes d’utilisation sont en train de naître ou de gagner des positions : voir les plateformes du web ou même une expérience formidable comme la chaine internet Tenk !

Après VDR resterez-vous en contact avec le cinéma documentaire ?

Je resterai sans doute en contact avec le « cinéma du réel » et plus en général avec le cinéma, l’art, la littérature.

IMG_6836