E COMME ENTRETIEN – Pierre Oscar Lévy

A propos de Peau d’âme.

1 Quelle importance a pour vous le film de J Demy Peau d’âne

Pierre Oscar Lévy :

Comme je l’ai dit au cours de l’ITW hier à TV5.

Quand le film de Jacques Demy est sorti, j’avais 15 ans, et à mon époque, un adolescent ne devait pas s’intéresser aux contes de fée, il fallait absolument aller voir les films de Godard mais pas les films de Demy…

Depuis j’ai grandi, et Jacques Demy est un cinéaste qui compte, il est comme moi d’extraction populaire et je crois comme lui qu’il faut se souvenir de sa créativité d’enfant.

peau d'ame 8

2 Comment avez-vous travaillé avec L’archéologue Oliver Weller pour la réalisation de votre film?

Pierre Oscar Lévy :

Quand je fais un film documentaire souvent je travaille à partir des connaissances, des écrits ou de l’œuvre des personnages que je filme.

Quand j’ai réalisé en 1989, mon premier 52 mn j’ai filme Boulez donnant une sorte de Master class, et nous en avons parlé 8 mois avant pendant à peine un quart d’heure, le tournage n’a duré qu’un seul jour et je lui ai à peine parlé, tout le documentaire ne s’appuie pourtant que sur lui et son discours. Avec Olivier c’est une histoire amicale avant tout, il avait un projet, une connaissance scientifique que je n’avais pas, et je me suis greffé sur son envie de faire cette chose bizarre, ensuite parce qu’il était ami d’enfance de Vincent Gaullier, il y a eu une confiance immédiate, j’ai écrit le film de mon côté en m’appuyant sur toute la documentation qu’Olivier me proposait, il m’a indiqué des scientifiques à rencontrer, je lui en ai proposé d’autres et nous avons fait semblant pendant tout le film qu’il découvre pour la première fois, les situations et les personnes… et nous nous sommes bien amusés (d’ailleurs cela se voit dans le film. Il est rare d’avoir des scientifiques qui acceptent de se montrer quand ils cherchent, se trompent ou échouent, il est rare d’avoir des scientifiques qui chantent et se laissent quelquefois diriger sans savoir de quoi il retourne… Toute l’équipe des archéologues a été amicale, originale, généreuse et talentueuse.

peau d'ame 4

3 « la fouille archéologique d’un lieu de tournage d’une œuvre cinématographique » a-t-elle à vos yeux un avenir devant elle?

Pierre Oscar Lévy :

C’est surtout l’archéologie contemporaine qui a un grand avenir, mais effectivement, il existe des lieux de tournage qu’il serait intéressant de fouiller et il serait intéressant de filmer ce travail, si vous avez un exemple ou des sujets à me proposer, je suis preneur… Rosalie Varda, qui a joué dans le film de son père et qui nous a beaucoup aidés pour Peau d’âme, elle a tout de suite déclaré que c’était une bonne idée et qu’il faudrait produire d’autres films de ce genre.

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s