I COMME ITINÉRAIRE D’UN FILM – Cortázar & Antin: Cartas Iluminadas de Cinthia Rajschmir

Une idée comme point de départ. D’où vient-elle ? Et comment chemine-t-elle, a-t-elle cheminé, dans l’esprit du cinéaste ? Quel chemin a-t-elle parcouru ? Quel raccourci, quel détour a-t-elle emprunté ? Qu’a-elle croisé sur sa route ? Un livre, une musique, un tableau, un autre film …

Puis il faut passer à l’acte. Trouver de l’argent. Repérer des lieux, rencontrer des personnages, et bien d’autres choses qui vont constituer ce travail spécifique à ce film-là, et qu’on ne retrouvera dans aucun autre.

Enfin il faut rendre compte de la rencontre avec le public, dans des festivals, des avant-premières, en VOD ou en DVD, et la sortie en salle ce qui, hélas, n’est pas offert à tous.

Un long cheminement, souvent plein de chamboulements, de surprises, et d’obstacles à surmonter. La vie d’un film.

Photo de Leonardo Majluf.

1 Conception

Cuando finalicé mis estudios de Maestría en Cine Documental, me reuní con el cineasta Manuel Antin, rector de la Universidad del Cine de Buenos Aires, para agradecerle que me hubieran apoyado en mis estudios otorgándome una beca. Al término de la reunión, que fue muy amena y extensa, Manuel Antin me dijo : « esta casa es suya », me regaló sus películas y el libro « Cartas de cine » que contenía la correspondencia que el escritor Julio Cortázar le había enviado mientras Antin realizaba tres filmes basados en sus cuentos. Vi sus películas y leí el libro… y un año después me animé a preguntarle si me permitía realizar un documental sobre la historia entre Julio Cortázar y él. Enseguida me respondió : «estoy a su disposición ».

À la fin de ma maîtrise de cinéma documentaire, j’ai rencontré le cinéaste Manuel Antin, recteur de l’Université de Cinéma de Buenos Aires, pour le remercier de m’avoir soutenu dans mes études en m’accordant une bourse. À la fin de la réunion, qui a été très agréable et très longue, Manuel Antin m’a dit : « Cette maison est à vous » Il m’a donné ses films et le livre  » Cartas de cine  » qui contenait la correspondance que l’écrivain Julio Cortázar lui avait envoyée pendant qu’Antin réalisait trois films basés sur ses histoires. J’ai vu ses films et lu le livre … et un an plus tard, j’ai décidé de lui demander s’il me permettrait de réaliser un documentaire sur l’histoire entre Julio Cortázar et lui. Il a immédiatement répondu : « Je suis à votre disposition ».

Partí de las siguientes ideas : que la memoria es una construcción y, por una parte, es subjetiva, y también que hay una construcción colectiva de la memoria, que es cultural. Me interesaba trabajar con los recuerdos que tenía Manuel y con fragmentos de aquellas películas realizadas en los años ’60 que funcionarían como flashbacks. Esa idea fue modificándose a través de la realización del documental que se centró principalmente en la relación entre el escritor y el director, entre dos « librecreadores » que construyeron -a un océano de distancia-, a través de los años, una profunda amistad, incluso con diferencias desde el punto de vista estético y político.

Je suis parti des idées suivantes: que la mémoire est une construction. D’une part, elle est subjective, et d’autre part il y a une construction collective de la mémoire, qui est culturelle. J’étais intéressée à travailler avec les souvenirs que Manuel avait et avec des fragments de ses films réalisés dans les années 1960 qui fonctionneraient comme des flashbacks. Cette idée a été modifiée par la réalisation du documentaire qui portait principalement sur la relation entre l’écrivain et le réalisateur, entre deux « créateurs libres » qui ont construit – une distance océanique -, au fil des années, une profonde amitié, même avec des différences du point de vue esthétique et politique.

Manuel Antin me ofreció una fonocarta grabada por Cortázar además de las cartas originales que enviaba a Buenos Aires desde Paris, donde residía.

Yo contaba con Manuel como testigo de ese vínculo entre autor y director, entre la literatura y el cine, tenía las películas, las cartas y la voz de Cortázar, pero me faltaba su imagen. Por ello, recordé las fotografías icónicas de Cortázar capturadas por la cámara y la mirada única de la fotógrafa argentina Sara Facio, me reuní con Sara, le conté el proyecto y le consulté si me permitía utilizar sus fotografías. Enseguida me respondió : « claro que sí, estamos en el mismo barco ». Así fue que me propuse construir el personaje de Cortázar a través de las cartas, su voz tan personal, sus fotografías tan vitales. Mi presencia en el documental y mi voz en la lectura de esas cartas vuelven explícito que el documental no es la realidad sino el punto de vista del director sobre un acontecimiento. La composición de la música intenta rendir un homenaje a Cortázar, que amaba el jazz y tocaba la trompeta, y a los músicos contemporáneos, compositores de las películas de Antin, entre ellos : Adolfo Morpurgo.  

Manuel Antin m’a offert un disque enregistré par Cortázar en plus des lettres originales qu’il a envoyées à Buenos Aires depuis Paris, où il vivait.
J’avais Manuel comme témoin de ce lien entre auteur et réalisateur, entre littérature et cinéma, j’avais les films, les lettres et la voix de Cortázar, mais je manquais d’images. Pour cette raison, je me suis rappelé les photographies emblématiques de Cortázar capturées par l’appareil photo et le regard unique de la photographe argentine Sara Facio. J’ai rencontré Sara, je lui ai parlé du projet et lui ai demandé si elle me permettait d’utiliser ses photographies. Immédiatement, elle a répondu : « Bien sûr, nous sommes dans le même bateau. » C’est ainsi que j’ai décidé de construire le personnage de Cortázar à travers ses lettres, sa voix si personnelle, ses photographies si vivantes. Ma présence dans le documentaire et ma voix dans la lecture de ces lettres expliquent que le documentaire n’est pas la réalité mais le point de vue du réalisateur sur un événement. La composition de la musique tente de rendre hommage à Cortázar, qui aimait le jazz et jouait de la trompette, et aux musiciens contemporains, compositeurs des films d’Antin, dont Adolfo Morpurgo.

2 Production

El documental obtuvo el subsidio a documentales digitales del INCAA, a partir del cual se pudo contar con presupuesto.

Particularmente, decidí trabajar en equipo junto con Alejandra Marino para la escritura del guion, convocar a Pedro Romero para la Dirección de Fotografía, Santiago Roldán en la Dirección de Sonido, Graciela Mazza y Jorge Rocca en la producción ejecutiva, en el montaje, Liliana Nadal, Horacio Straijer en la composición musical, Gorky films en la postproducción de imagen y Gustavo Pomeranec y Adrián Rodríguez en la postproducción de sonido. Los dibujos fueron realizados por Julio Azamor y las imágenes de Julio Cortázar fueron generosamente cedidas por la fotógrafa Sara Facio.

Le documentaire a obtenu la subvention de l’INCAA pour les documentaires numériques, à partir de laquelle un budget était disponible.
En particulier, j’ai décidé de travailler en équipe avec Alejandra Marino pour l’écriture du scénario, d’appeler Pedro Romero pour la Direction de la photographie, Santiago Roldán dans la Direction du son, Graciela Mazza et Jorge Rocca dans la production exécutive, dans le montage, Liliana Nadal , Horacio Straijer en composition musicale, Gorky films en post-production d’images et Gustavo Pomeranec et Adrián Rodríguez en post-production sonore. Les dessins ont été réalisés par Julio Azamor et les images de Julio Cortázar ont été généreusement cédées par la photographe Sara Facio.

Photo de Leonardo Majluf.

3 Réalisation

Hubo una primera etapa de investigación y luego varias jornadas de rodaje con entrevistas a Manuel Antin en su oficina, en el bar  y en el microcine de la Universidad, también a Ponchi Morpurgo, escenógrafa y vestuarista de las tres películas y esposa de Antin, a su hija, María Marta Antin, a Graciela Borges y Dora Baret, extraordinarias actrices, muy importantes en Argentina, y al Director de Fotografía Ricardo Aronovich, quienes participaron en esa primera etapa del cine de Manuel. A través del desarrollo de la película, se despliegan las cartas de Julio Cortázar con sus opiniones, pasiones, encuentros y desencuentros con Manuel Antin.

Il y a eu une première étape d’enquête puis plusieurs jours de tournage avec des interviews de Manuel Antin dans son bureau, au bar et au micro-cinéma de l’Université, également avec Ponchi Morpurgo, scénographe et costumier des trois films et la femme d’Antin, sa fille, María Marta Antin, Graciela Borges et Dora Baret, des actrices extraordinaires, très importantes en Argentine, et le directeur de la photographie Ricardo Aronovich, qui a participé à cette première étape du cinéma de Manuel. À travers le développement du film, les lettres de Julio Cortázar sont affichées avec ses opinions, passions, rencontres et désaccords avec Manuel Antin.

4 Diffusion

El proyecto del documental fue seleccionado para participar del laboratorio de documentales (2016) y del WIP de documentales (2017) del Festival Internacional de Cine de Mar del Plata. Allí, el interés planteado en el encuentro con los tutores de los proyectos como también las sugerencias de los distribuidores y productores internacionales que estuvieron presentes, me inspiraron a pensar el proyecto desde una dimensión más amplia de la que me había imaginado. Incluso, para elegir a Luciana Abad como distribuidora, con quien trabajamos de un modo muy afin. Gracias a ese trabajo, el documental se estrenó en el Festival de Cine de La Habana, tuvo un preestreno en el Congreso Internacional de la Lengua Española, un estreno nacional en el BAFICI. Luego, fue seleccionado para participar del BAFICI itinerante por salas y festivales argentinos, y recientemente obtuvo dos premios internacionales : el Premio al Mejor Largometraje del Festival Internacional de Cine de la Mujer, en Punta del Este, Uruguay, y el Premio del Público del Festival del Cinema Latino Americano di Trieste, Italia. También fue transmitido a los asistentes al Festival LASA (Latin American Social Studies), de Guadalajara durante la pandemia y recientemente fue seleccionado para participar del Festival Latinoamericano de Cine de Quito, organizado por la Cinemateca Nacional de Ecuador. El festival se pospuso debido a la pandemia y se realizara en el año 2021.

Le projet documentaire a été sélectionné pour participer au laboratoire documentaire (2016) et au documentaire WIP (2017) du Festival International du Film de Mar del Plata. Là, l’intérêt suscité par la rencontre avec les tuteurs des projets ainsi que les suggestions des distributeurs et producteurs internationaux qui étaient présents, m’ont poussée à penser le projet dans une dimension plus large que je ne l’avais imaginé. Et même, choisir Luciana Abad comme distributeur, avec qui nous travaillons de manière très similaire. Grâce à ce travail, le documentaire, présenté en première au Festival du film de La Havane, a été présenté en avant-première au Congrès international de la langue espagnole, une première nationale au BAFICI. Plus tard, il a été sélectionné pour participer au BAFICI voyageant à travers les théâtres et les festivals argentins, et a récemment remporté deux prix internationaux : le Prix du meilleur long métrage au Festival international du film féminin de Punta del Este, en Uruguay, et le Festival Audience Award du cinéma latino-américain de Trieste, Italie. Il a également été diffusé aux participants du Festival LASA (Latin American Social Studies) à Guadalajara pendant la pandémie et a récemment été sélectionné pour participer au Festival du film latino-américain de Quito, organisé par la Cinémathèque nationale équatorienne. Le festival a été reporté en raison de la pandémie et aura lieu en 2021.

La película no pudo proyectarse aún en salas de cine (fuera del festival BAFICI) debido a la pandemia. Por tal motivo, próximamente, se va a proyectar en el canal Cinear.tv que depende del Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales. Espero que pronto podamos superar este contexto mundial inédito y volver, entre otras cosas, a disfrutar del cine en el cine.

Le film n’a pas encore pu être projeté en salles (hors festival BAFICI) en raison de la pandémie. Pour cette raison, il sera bientôt diffusé sur la chaîne Cinear.tv qui dépend de l’Institut national du cinéma et des arts audiovisuels. J’espère que bientôt nous pourrons surmonter ce contexte mondial sans précédent et revenir, entre autres, pour profiter du cinéma au cinéma.

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s