J COMME JOURNALISME -Inde

Writing with fire. Rintu Thomas, Sushmit Gost, Inde, 2021, 93 minutes.

Des femmes en révolte. Des femmes qui se soulèvent contre l’ordre établi, contre cette société et son système de castes qui les opprime, qui leur nie le droit même d’exister pleinement, comme un être humain, tout simplement.

Nous sommes en Inde, avec un groupe de femmes dalits, c’est-à-dire intouchables. Autant dire des parias, reléguées aux marges presque invisibles de la société. Et pourtant, elles se battent. Elles n’acceptent plus ce qui n’est au fond qu’une fatalité abstraite. Elles luttent pour la justice, la liberté, le droit à l’existence.

Leur arme, c’est un journal, « Khabas Lahariya (Waves of news)». Un journal de combat donc que dirige Meera, l’héroïne du film. Un journal fait entièrement et uniquement par des femmes. Le seul de cette nature en Inde. Un journal dont le combat devient de plus en plus urgent, nécessaire, indispensable, en fonction de l’actualité brulante du pays.

Nous entrons dans cette aventure journalistique au moment où il s’agit de passer au numérique, de faire le pas, le saut, dans ce qui pour beaucoup de ces femmes reste un domaine inconnu, jusque-là inaccessible. Mais la volonté, la pugnacité, de sa dirigeante est là, convainquante. Internet représente l’avenir. Il faut saisir au bon moment la possibilité de toucher plus de lecteurs, de pouvoir communiquer avec eux. Alors toutes ces journalistes amateurs réunies autour de Meera vont se former. Elles vont apprendre à se servir de ces outils modernes. Et elles apprennent vite !

Le film nous plonge donc dans le quotidien de ce journalisme d’enquête, d’investigation, de dénonciation. Elles sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans ce travail collectif. Elles sont partout où il se passe quelque chose, un viol par exemple. Avec leur téléphone portable elles prennent des photos, réalisent des vidéos, enregistrent des interviews. Et leur « papier » sont tout de suite en ligne. Côté public, ça marche terriblement bien. Le nombre de connexion augmente sans cesse. Leur révolution numérique est vraiment un succès.

Un des temps forts du film est la campagne électorale pour les élections législatives qui verront le triomphe des nationalistes indous soutient du premier ministre Modi. Plongées au cœur des manifestations où l’on sent bien la montée du fanatisme, elles n’ont peur de rien. Et leurs témoignages sont fondamentaux pour défendre la démocratie.

Un film portrait, celui de Meera d’abord, cette femme si attachante. Mais aussi celui de toutes ces femmes ignorées jusqu’à présent par la société et qui ont trouvé dans l’action engagée une raison de vivre dignement, librement. Malgré la défaite de la démocratie aux élections, le film ne se termine pas sur une note pessimiste. Le journalisme libre et féministe a tant à faire en Inde.

Par jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :