P COMME PRINCESSE DE CLEVES

Nous princesses de Clèves, de Régis Sauder (2010)

Les quartiers nord de Marseille, une classe de terminale du lycée Diderot, une professeure de français qui étudie avec ses élèves La Princesse de Clèves, ce premier grand roman moderne sur la passion amoureuse. Il y a là de quoi faire un film sur la banlieue, sur le système scolaire et les pratiques pédagogiques. Ces deux dimensions ne sont pas absentes de Nous, princesses de Clèves. Mais le film traite plus fondamentalement d’autre chose : de l’adolescence et de l’amour, de la façon dont les adolescents d’aujourd’hui se représentent et vivent l’amour, le sentiment amoureux. C’est cela qui est en parfaite consonance avec le roman de Mme de La Fayette.

nous princesses de cleves

La banlieue, c’est d’abord le décor du film qui présente souvent des plans d’ensemble de la cité et des façades des immeubles. Mais c’est surtout le contexte de vie des lycéens, ces filles et ces garçons presque tous issus de l’immigration. Leur relation au « quartier » ne semble pas pourtant conflictuelle. Ou du moins, ils n’en parlent pas vraiment. C’est plutôt les parents que ça interroge, surtout un père qui s’inquiète pour la sécurité de sa fille lorsqu’elle rentre du lycée en hiver, lorsqu’il fait déjà nuit le soir. La banlieue, le film l’aborde plutôt sous un angle culturel. La Princesse de Clèves, le roman, est une œuvre exigeante, dit la prof de français en annonçant le programme. Elle le serait pour toute autre classe de tous les lycées de France. Le film ne se propose pas de démontrer que les lycéens de banlieue sont aussi capables que les autres de comprendre et d’aimer une œuvre classique de notre patrimoine littéraire. Cette problématique n’est pourtant pas absente du film. Mais elle est en quelque sorte posée comme allant de soi. Pourquoi faudrait-il exclure des œuvres réputées difficiles de certaines classes sous prétextes que les élèves ne seraient pas armés pour les comprendre ? Là comme ailleurs, le succès d’une telle entreprise dépend essentiellement de la pratique enseignante, de la relation du professeur avec ses élèves, de la méthode de travail qu’il leur propose. Que les élèves de banlieue aient droit à un enseignement de qualité est posé ici comme un postulat, une exigence professionnelle fondamentale. La question ne devrait même pas se poser.

nous princesses de cleves 5

La pédagogie constitue un élément contextuel du film tout aussi important que la banlieue. Une des premières séquences du film nous introduit dans la classe où les élèves étudient un passage du roman. Nous reviendrons en classe vers la fin du film, dans une séquence identique à la première en termes de filmage. Entretemps, la classe est pratiquement oubliée. Sauder filme le lycée, sa cour, son hall, ses couloirs, comme il filme les bâtiments de la citée. Il ne fait pas un film d’enquête. Il évoque brièvement l’atelier qui permet aux élèves de travailler la diction des textes qu’ils présentent devant la caméra. Ce qui est plus intéressant, ce sont justement ces moments de « récitation » individuelle ou en dialogue à deux, où les élèves s’approprient le texte de Mme de La Fayette, où ils le font vivre, où ils le font entrer dans leur vie. Il est clair que là aussi, sans un travail assidu, rien de ce qui nous est montré ne serait possible. C’est la force du film de nous le dire sans avoir à le filmer explicitement.

nous princesses de cleves 7

L’adolescence est montrée ici dans le vécu de ces lycées dont l’avenir est incertain, comme il l’est pour tous les jeunes de cet âge. Le cinéaste les rencontre au lycée, ou chez eux, seuls ou avec leurs parents. Les thèmes abordés dans ces entretiens sont sans surprise, l’avenir, la relation aux parents, aux pairs, et l’amour, qu’ils ont déjà pour certains plus ou moins rencontré, ou qu’ils anticipent comme le futur grand événement de leur vie. Des thèmes courants à propos de l’adolescence, mais abordés ici avec une simplicité et une sincérité telles qu’ils apparaissent totalement novateurs.

nous princesses de cleves 6

Nous, princesses de Clèves est un film qui parle de la littérature, dans un contexte scolaire qui plus est. Mais justement la littérature n’y est absolument pas abordée de façon « scolaire », avec la nuance péjorative que peut avoir le terme. Ce roman, dont l’action se déroule au xvisiècle à la cour du roi, est devenu proche, presque familier, pour ces adolescents qui y retrouvent quelque chose d’eux, de leur vie relationnelle et de leurs sentiments. Un bel hommage cinématographique à la littérature.

 

Auteur : jean pierre Carrier

Auteur du DICTIONNAIRE DU CINEMA DOCUMENTAIRE éditions Vendémiaire mars 2016. jpcag.carrier@wanadoo.fr 06 40 13 87 83

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s