F COMME FILMOGRAPHIE -Vieillesse

D’une façon générale, les documentaires mettant en scène le troisième âge, et même le quatrième, ne sont pas si tristes – ni désespérants – qu’on aurait pu le craindre. La vieillesse serait-elle devenue le plus bel âge de la vie ?

Sélection.

Avec mes quelques rides. Brigitte Chevet

Les belles dames. Marion Lippmann et Sébastien Daguerressar.

         V COMME VIEILLESSE DOREE

Une chambre à elle. Benoîte Groult ou comment la liberté vint aux femmes. Anne Lenfant.

            G COMME GROULT Benoîte

Chavela Vargas.  Catherine Gund et Daresha Khy

         C COMME CHAVELA VARGAS

 Des huîtres et du champagne. Chantal Briet

Dieu sait quoi, Fabienne Abramovich.

         V COMME VIEILLESSE.

Les enfants du 209 rue Saint Maur Paris X°. Ruth Sylberman

            I COMME IMMEUBLE- Paris

Le grand Cortège. Pierre Creton

Le jardin de Jad, Géorgi Lazarevski

         C COMME CONSTRUCTION -Mur

Une jeune fille de 90 ans. Valeria Bruni Tedeschi, Yann Coridian

Leur Algérie. Lina Soualem

G COMME GRANDS-PARENTS

Licu, o poveste românească. Ana Dumitrescu

Maniquerville. Pierre Creton

         V COMME VIEILLESSE – Maison de retraite.

Mirror of the bride, Yuki Kawamura

         G COMME GRAND-MERE

La mort se mérite.  Nicolas Drolc

         L COMME LIVROZET Serge

Mourir ? Plutôt crever ! Stéphane Mercurio

  S COMME SINE

Nos amours de vieillesse. Fabienne Abramovich

Papa s’en va. Pauline Horovitz

         R COMME RETRAITE

Papy-Mamie. Michaël Lheureux

Spezzacatene. Stephano Savona

Trace (KIRI) Naomie Kawase

         K COMME KAWASE Naomie

La visite. Le château de Versailles. Pippo Delbono

Voir ce que devient l’ombre. Matthieu Chatellier

V COMME VACHES.

Les vaches n’auront plus de nom. Hubert Charuel. 2019, 51 minutes.

Dans la série « je suis fils de paysans, mais je ne veux pas reprendre l’exploitation familiale. Je préfère faire du cinéma » voici un film familial, qui traite de l’évolution de la paysannerie, du rapport des jeunes générations à la vie rurale et comme fil rouge, les difficultés du métier, ici l’élevage.

Raymond Depardon, dans Profil paysan, avait déjà montré la difficulté que peuvent avoir les petits paysans de trouver un repreneur au moment de partir en retraite.

D’un autre côté, Emmanuel Gras nous avait donné dans Bovine, la vraie vie des vaches, une vision saisissante de ces animaux dont on va pouvoir penser qu’ils peuvent susciter un véritable amour.

Hubert Charuel filme donc ses parents, lui leur fils unique qui ne reviendra pas sur sa décision, malgré les sollicitations de sa mère. Le père part à la retraite, c’est très bien. La mère ne prendra la sienne que dans trois ans, trois années où elle se voit contrainte de placer ses vaches dans une exploitation voisine, entièrement robotisée, où elles ne seront plus qu’un numéro. La fin d’une époque.

Charuel filme ses parents avec une certaine tendresse mais sans émotion excessive. Ils ne cherchent pas à tout prix à les valoriser – ou à les mettre sur un piédestal. Partis de rien, leur réussite professionnelle est exemplaire. Mais cela suffit-il à en faire des héros ?  S’il multiplie les gros plans sur le visage de sa mère – une mère souvent au bord des larmes lorsqu’elle voit ses chères vaches partir – c’est surtout pour manifester son amour filial, lui qui, par sa défection, s’affranchit de la tutelle familiale.

Le film est donc une sorte d’exorcisme, un examen de passage, permettant d’entrer dans le métier de cinéaste en coupant le cordon qui le rattache à ses origines. L’amour de ses vaches de la mère aurait pu à lui seule constituer le sujet d’un film, un amour qui se manifeste tout particulièrement au moment de la séparation qu’implique la retraite. Le réalisateur a préféré s’impliquer lui-même dans le changement de situation de ses parents. Du coup, c’est sa propre démarche – ne pas rester paysan – qui devient le véritable centre du film – et non plus l’activité professionnelle de ses parents et leur départ à la retraite. Comme quoi, se mettre en scène dans son propre film n’est jamais un effet de style ou une facilité scénaristique. Se filmer en train de réaliser son premier film, n’est-ce pas la meilleure manière d’entrer dans le métier ?

A COMME ABECEDAIRE – Pauline Horovitz.

Animal

Chauve-souris, mon amour

Freaks ou Nouvelles Histoires comme ça

Espagne

Des châteaux en Espagne

Famille

Papa s’en va

Des châteaux en Espagne

Pleure ma fille, tu pisseras moins

Femme

Pleure ma fille, tu pisseras moins

Genre

Pleure ma fille, tu pisseras moins

Juifs

Des châteaux en Espagne

Médecine

Papa s’en va

Mythe

Freaks ou Nouvelles Histoires comme ça

Portrait

Papa s’en va

Retraite

Papa s’en va

Sciences

Chauve-souris, mon amour

Terrariophiles

Freaks ou Nouvelles Histoires comme ça

Voyage

Des châteaux en Espagne

Zoologie

Chauve-souris, mon amour

Freaks ou Nouvelles Histoires comme ça

%d blogueurs aiment cette page :