A COMME ABECEDAIRE – Ana Dumitrescu.

Amour

Trio

Attentats

Même pas peur !

Charlie

Même pas peur !

Communisme

Licu, o poveste românească

Crise

Khaos ou les visages humains de la crise grecque

Economie

Khaos ou les visages humains de la crise grecque

Grèce

Khaos ou les visages humains de la crise grecque

Laïcité

Même pas peur !

Musique

Trio

Noir

Le Temps de la lumière

Nuit

Le Temps de la lumière

Politique

Licu, o poveste românească

Même pas peur !

Portrait

Trio

Licu, o poveste românească

Le Temps de la lumière

Roumanie

Trio

Licu, o poveste românească

Terrorisme

Même pas peur !

Vieillesse

Licu, o poveste românească

Violon

Trio

B COMME BIO-FILMOGRAPHIE. Ana Dumitrescu

Anciennement photojournaliste, Ana Dumitrescu a travaillé en France et en Roumanie pour de nombreux médias comme National Geographic, Mediafax et l’agence Gamma-Rapho. Elle traite de sujets de société tels que l’Holocauste Rom durant la Seconde Guerre Mondiale, l’homophobie en Roumanie ou les travailleurs sans-papiers en France. Artiste photographe, elle multiplie les expositions à travers le monde racontant la vie des autres.

A ce jour, elle a à son actif quatre long-métrages. Sortant du champ journalistique dans lequel se trouvent ses deux premiers films (Khaos et Même pas Peur !), elle se tourne vers une écriture visuelle plus artistique avec le court-métrage La Chaise Verte, un chat sur un trapèze et autres histoires ordinaires, distribué par l’Agence du Court-Métrage.

Son précédent film, Licu, une histoire roumaine, produit en Roumanie, a remporté le Golden Dove à DOK Leipzig en 2017 et a été sélectionné dans de nombreux festivals à travers le monde. Il a été nommé en 2019 dans la catégorie « Meilleur documentaire de l’année » aux prix Gopo et au gala de l’union des cinéastes roumains.

Trio est son quatrième long-métrage.

Filmographie sélective

2019Trio – 82 min

2017Licu, une histoire roumaine (Licu, o poveste românească) – 83 min – Golden Dove, DOK Leipzig 2017

2015Même pas Peur ! –  107 min

2012Khaos, les Visages humains de la Crise Grecque –  97 min

P COMME PRINCE.

Un jour mon prince viendra, Marta Bergman, Luxembourg, Belgique, 1997, 76 minutes.

La solitude. Une solitude insoutenable. Une solitude qui brise une vie. Une solitude qui est un vide d’amour, de sentiment.

Le film donne la parole à trois femmes qui, depuis leur séparation et leur divorce, sont seules – se vivent seules – et ne supportent plus cette solitude. Pourtant elles ont un emploi, une famille, des enfants. Mais elles sont seules, sans mari, sans homme pour les aimer.

prince 3

Pourtant, elles font des efforts pour trouver celui qui sera répondre à leur attente. Oh, pas dans leur entourage. Elles n’envisagent pas non plus le coup de foudre dans la rue. Le Prince qui doit venir, s’il vient, viendra de loin, d’un autre monde, d’un monde totalement différent de celui dans lequel elles vivent. Nous sommes en Roumanie, après la chute du bloc soviétique. L’Occident a toujours fait rêver et représenté le monde meilleur. Maintenant il devient accessible. Le rêve serait-il à portée de main ? Elles sont prêtes à partir en Italie, ou en Belgique. Dans un de ces pays riches où il fait bon vivre, à n’en pas douter.

prince 2

Elles vont donc écumer les petites annonces et fréquenter les agences matrimoniales. Elles consultent d’épais dossiers, choisissent des photos, écrivent des lettres et attendent des réponses. Si elles en reçoivent, s’engage une correspondance plus ou moins longue. Parfois le choix est difficile. Entre un architecte et un homme d’affaire, qui choisir ? Mais aucun des deux ne poursuit la correspondance. Amère désillusion.

Car le film est d’un pessimisme désespérant. Aucune des trois femmes ne trouve le Prince attendu. Elles finissent même par se décourager, par prendre leur solitude en patience, et se voient vieillir dans cette petite vie étriquée qui n’a vraiment rien de jouissif. Comme quoi le bonheur n’est pas offert à tout le monde.

Plus de 20 ans après ce documentaire, Marta Bergman réalise un second film sur le même thème, une fiction cette fois, Seule à mon mariage. Ici l’héroïne quitte la Roumanie pour venir en Belgique où l’attend un mariage qui ne peut que la combler. Et pourtant la désillusion est là aussi au rendez-vous. Est-ce à dire que le bonheur est inaccessible pour ces femmes qui se bercent d’illusions en croyant que les princes existent dans notre monde.

E COMME ENTRETIEN / Ana Dumitrescu

Avant de vous tourner vers le cinéma documentaire, vous avez travaillé comme photo-journaliste. Expliquez-nous ce tournant. Que reste-t-il de ce premier métier dans votre travail de cinéaste ? Etes-vous encore photographe ?

J’ai débuté par la photographie documentaire sur des sujets variés tels que l’homosexualité en Roumanie ou les Roms déportés pendant la guerre. J’ai toujours aimé les sujets approfondis, prendre le temps de photographier et de connaitre les personnes. Donc on ne peut pas réellement parler de passage au documentaire mais plutôt de changement de support, de la photographie à l’image « animée » (je mets les guillemets car nous ne parlons pas bien entendu d’animation mais de film). Les changements technologiques ont facilités la transition (appareil photo qui filme). Aujourd’hui je ne fais quasiment plus de photos mais la photographie me sert au quotidien. J’ai évolué vers un cadre de plus en plus poussé et j’accorde une attention particulière à la lumière. Je tends à faire de chaque plan une photographie.

  khaos 5

Votre film tourné en Grèce, « Khaos, les visages humains de la crise grecque » a été qualifié de film d’urgence. Que faut-il entendre par là ?

 J’ai deux documentaires que j’ai qualifié d’urgent ce sont Khaos et Même pas peur! Pour moi il y a différent type de documentaires: celui qui raconte une histoire, celui qui raconte le passé ou celui qui interroge le présent. Pour ces deux films j’ai interrogé le présent dans une démarche immédiate. Avec le recul je trouve que le propos reste juste et si j’avais à refaire ces films je ne changerai rien au propos.

Pour revenir à la démarche, ce sont deux films qui ont interrogé le présent et cela pour moi reste une démarche documentaire intéressante surtout au moment de la rencontre avec le public. Cela soulève des questions, des interrogations et cela permet d’apporter un angle complémentaire de réflexion au moment où les choses sont encore dans le vif. Cela reste aussi des documents pour le futur. Ces films ont finalement deux vies: celle immédiate de leur sortie et puis des années après comme un témoignage en temps réel.

khaos 6

 Votre film Le temps de la lumière porte lui comme sous-titre « une expérience visuelle documentaire ». Quel sens donnez-vous à cette expression ? 

 Ce film est un film à part. Certain le qualifie d’expérimental pour ma part je rejette ce terme car je trouve qu’au contraire c’est un film tout public ancré dans des notions du réel.

lumière

Le film est toutefois particulier car il est entièrement tourné en clair-obscur et seule une partie des visages des protagonistes est éclairée. Je le qualifie plutôt comme un conte documentaire car sa narration se base sur l’intime des personnes filmées qui comme des gouttes d’eau dans un océan se mélange et se lient afin de créer une narration fluide.

Le temps de la Lumière marque une rupture avec les deux précédents films, un tournant définitif vers une approche cinématographique et artistique.

lumière 2

 Vous considérez-vous comme une cinéaste « engagée » ?

 Je me considère comme humaniste.  J’aime réellement les autres et c’est pour ça que je les filme. Je ne pourrais pas filmer quelqu’un que je n’apprécie pas, ni même en faire un film. Tous mes films ont un point commun, ils parlent de tolérance, de respect, de valeurs humaines. Le cinéma est un puissant moteur pour faire progresser une société. Il permet d’aborder un tas de thèmes qui apporte des regards différents sur des situations parfois méconnus. Donc oui comme beaucoup de cinéastes je suis engagée dans des valeurs communes et humanistes. N’est pas une des raisons qui nous poussent à faire des films?

Présentez- nous votre film, Licu, une histoire roumaine.

 Licu est le dernier film que j’ai réalisé mais également produit avec ma société de production Jules et Films. C’est aussi mon premier film roumain. Je suis française d’origine roumaine et à part une parenthèse photographique de deux ans en Roumanie de 2007 à 2009 je n’y ai jamais vécu. J’ai toujours aimé écouter ma grand-mère racontait les histoires d’avant. D’ailleurs la Roumanie que j’ai connue est une Roumanie issue de la mémoire de mon père et de ma grand-mère. Et finalement ce film est une sorte de madeleine de Proust pour moi.

 

licu 2

Je ne peux pas dévoiler beaucoup de choses du film vu que sa sortie est prévue courant 2018 et que je suis tenue pour divers motifs contractuels à la confidentialité mais c’est l’histoire d’une vie, d’un monsieur de 92 ans qui raconte la petite histoire dans la grande histoire. C’est aussi une ode au temps qui passe, à sa vie, à nos vies. Donc c’est cette madeleine de Proust que j’ai mis en image à travers lui.

Quelle est la part de vous-même que vous mettez dans le portrait que vous  faites ?

 Mes films sont subjectifs. C’est à dire qu’ils passent forcément par le filtre de ma propre vision. Dans le cas de Licu c’est un film doublement subjectif car on passe d’abord par le filtre de la mémoire du personnage et ensuite par mon propre filtre. Pour donner un exemple le film se passe en huis-clos dans la maison du personnage. Ceci est un choix assumé. J’aurai pu le filmer en faisant ses courses ou en conduisant (il conduisait encore il y a 6 mois). Mais j’ai décidé de faire dérouler l’action dans cet endroit clos qui a son tour devient aussi un personnage. Cette génération d’un certain âge si ce n’est d’un âge certain sortait peu. Je n’ai jamais réussi à sortir ma grand-mère au restaurant sauf en allant une fois à la montagne avec elle. Donc mes souvenirs sont eux aussi dans un lieu clos.

Votre film peut-il être qualifié de film « historique » ?

 C’est l’histoire d’un homme qui a traversé l’histoire malgré lui. Au final qui choisit réellement de traverser l’Histoire via la guerre ou la dictature? C’est plutôt elle qui nous traverse si ce n’est nous transperce. Sa vision est sienne. Il n’est pas l’histoire il est son histoire.

Quelle est votre perception du cinéma roumain actuel ?

 Il y a des films que j’aime d’autres que j’aime moins. Comme partout. Le problème du cinéma roumain c’est le manque de salles. Un film de cinéma se doit d’être vu au cinéma et c’est là où se situe le problème majeur. Il n’y a quasiment plus de salles et celles qui existent sont uniquement en milieu urbain. Le milieu rural n’a aucun accès à la cinématographie.

Quels sont vos projets ?

 Deux autres longs métrages roumains avant peut-être de repartir vers d’autres horizons. Un sur un musicien extraordinaire rencontré au coin d’une rue et l’autre sur un sujet assez fort et polémique. Le cinéma s’est fait pour faire bouger les lignes. J’espère que ce dernier projet se fera rapidement car c’est un nouveau cap que je veux franchir avec une mise en scène assez audacieuse et osons le dire totalement folle.  On croise les doigts.

licu 4

 

R COMME ROI (de Roumanie)

La Guerre du roi film de Trevor Poots, 2016.

Ce film se donne comme objectif de réparer un oubli de l’histoire (des historiens ?), en mettant en lumière le rôle joué par le roi Michel 1° pendant la seconde guerre mondiale. Un rôle qui, selon le film, est loin d’être négligeable, puisqu’il aurait permis d’écourter la guerre d’environ 200 jours. Le film insiste sur le courage et la détermination de ce jeune roi de 19 ans, lorsqu’il accède au trône. Un hommage qui permet de comprendre l’histoire de ce jeune pays, pris en quelque sorte en tenaille entre l’Allemagne nazie (dont il est dans un premier temps un des alliés importants, surtout à cause de ses ressources pétrolières systématiquement utilisées par la machine de guerre hitlérienne) et les forces alliées, américaines et anglaises d’un côté et soviétiques de l’autre. Le roi est l’artisan de la rupture de son pays avec Hitler. Entreprise périlleuse couronnée dans un premier temps de succès, mais qui ne sera guère récompensée, puisque à Yalta, la Roumanie sera purement et simplement abandonnée aux mains de Staline. Le roi lui, devra abdiquer et s’exiler.

Le film utilise les moyens traditionnels du film historique, images d’archives et commentaires actuels par des spécialistes, historiens spécialistes de la guerre ou de la Roumanie, essentiellement anglophones. Mais le plus, et ce qui justifie le film, c’est le long entretien accordé par le roi, vieillissant mais parfaitement maître de ses souvenirs dans son exil suisse. Il fait donc le récit de son action, ce qui bien sûr est bien plus éclairant que tous les commentaires surajoutés par le cinéaste aux images. S’il y a un contraste particulièrement parlant entre les images de ce jeune roi pendant la guerre , plongé au cœur de l’histoire, et celle du même personnage aujourd’hui, alors qu’il est totalement hors des affaires politiques du monde et oublié de l’histoire, il n’y a cependant aucun décalage dans ses propos par rapport à la ligne adoptée par le film. Son discours actuel n’est aucunement une prise de distance par rapport à son action pendant la guerre. Il n’y a d’ailleurs dans le film aucune allusion à la Roumanie d’aujourd’hui , ni  sur le « règne » de Ceausescu. Mais peut-on lui reprocher de se centrer exclusivement sur l’histoire de ce roi et de son action pendant la guerre ?

Dernier point à souligner dans la réalisation du film : le recours à la reconstitution. De brèves séquences, jouées par des acteurs, mettent en scènes des moments décisifs de l’histoire dont on retrace le cours. Une tentative pour le réalisateur de donner un côté dramatique à son film en introduisant une sorte de suspens, peu opérant en fait, vu la brièveté des séquences. Si cette pratique rompt la monotonie qui guette bien des films historiques dans l’alternance systématique images d’archives / commentaires spécialisés, elle reste quand même relativement superficielle, donnant tout au plus au film un habillage fictionnel. Il aurait peut-être été plus pertinent de creuser le décalage temporel que permettait la présence du roi aujourd’hui par rapport aux images d’archives.

 Film sélectionné, en compétition documentaires, au festival international du film d’histoire de Pessac,  novembre 2016.